Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.

Dans Under Pressure: The impact of rising tuition fees on Ontario families (Sous pression : les effets de la hausse des droits de scolarité sur les familles ontariennes), un rapport publié aujourd’hui, le Centre canadien des politiques alternatives (CCPA) soutient que l’augmentation des droits de scolarité touche non seulement les familles, mais aussi l’ensemble de la société ontarienne. 

Depuis 1990, les droits de scolarité des étudiants ontariens ont grimpé de 244 pour cent

Le rapport, commandé par la Coalition des universités ontariennes (Ontario University Coalition ou OUC), a été rédigé par David Macdonald, associé de recherche au CCPA, et Erika Shaker, directrice du projet d’éducation du CCPA

« Une famille qui envoie un enfant à l’université cet automne risque de s’endetter beaucoup plus qu’une famille semblable en 1990, révèlent les auteurs du rapport. À des fins de comparaison, une famille avait une dette égale à 93 pour cent de son revenu disponible en 1990; la famille d’aujourd’hui a déjà une dette équivalant à 150 pour cent de son revenu disponible. »

« En augmentant le fardeau imposé aux familles et en exploitant le désir des parents d’assurer l’avenir de leurs enfants, l’Ontario entrave sévèrement son potentiel économique et éducatif. »

« La hausse des droits nous préoccupe beaucoup, a déclaré Janice Folk-Dawson, présidente du Comité de coordination des travailleuses et travailleurs d’université de l’Ontario (CCTTUO) du SCFP.  Ce problème est très réel pour les familles ontariennes.  Certains de nos membres chargés de cours et étudiants et d’autres qui occupent des emplois non universitaires en ressentent les effets, sans compter leurs enfants qui sont aux prises avec des droits de scolarité déraisonnables. »

« Les droits de scolarité élevés accroissent la division entre ceux qui peuvent obtenir une formation universitaire et ceux qui ne le peuvent pas, ce qui élargit encore le fossé socio-économique dans notre société. »

Les groupes membres du OUC sont : les travailleuses et travailleurs canadiens de l’automobile, la Fédération canadienne des étudiantes et étudiants – Ontario, le Syndicat canadien de la fonction publique – Ontario, la Confédération des associations de personnel de soutien des universités de l’Ontario, l’Union des associations des professeurs des universités de l’Ontario, le Syndicat des employées et employés de la fonction publique de l’Ontario, la Fédération des enseignantes et enseignants des écoles secondaires de l’Ontario, l’Alliance de la fonction publique du Canada, les Métallos et la Fédération du travail de l’Ontario.   


Pour en savoir plus 

Wendy Forbes 
Communications du SCFP
 416-292-3999

Janice Folk-Dawson  
Présidente, CCTTUO
 519-766-8376