Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.

Ottawa – Le plus grand syndicat du Canada demande au gouvernement fédéral d’annuler les compressions imposées aux conseils sectoriels, car elles menacent le développement des ressources humaines partout au pays. Le Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP) craint que la mesure annoncée dernièrement par Ressources humaines et Développement des compétences Canada (RHDCC), qui a décidé de mettre fin graduellement au financement des conseils, nuira sérieusement aux travailleurs canadiens et à l’économie nationale.

« Ces compressions auront des effets dévastateurs sur des millions de travailleurs canadiens », croit Paul Moist, président national du SCFP.

Le programme des conseils sectoriels de RHDCC fournit du financement à plus de 30 conseils sectoriels. Les forums indépendants regroupent des entreprises, des établissements d’enseignement et de formation, des groupes syndicaux et des gouvernements qui font de la recherche et élaborent des stratégies de développement des compétences. Ils veillent à ce que les programmes et les investissements dans la formation axée sur les compétences et le développement répondent aux besoins des travailleurs et des employeurs.

« Les conseils sectoriels jouent un rôle de premier plan dans la création et la mise en œuvre  des programmes de formation et de développement des compétences partout au pays et dans tous les secteurs de l’économie, affirme M. Moist.  Sans eux, nous ne pourrons pas former efficacement les travailleurs canadiens et leur permettre d’acquérir les compétences dont ils ont le plus besoin dans les secteurs public et privé. »

RHDCC a informé les conseils sectoriels que le financement de base et les éléments du financement de projets seront graduellement éliminés d’ici mars 2013. La plupart des conseils sectoriels ne pourront pas poursuivre leur travail de recherche, de développement et de stratégie sans ce financement.

« Il est absolument insensé, pour l’économie canadienne, d’éliminer le financement des conseils sectoriels, surtout lorsque nous tentons toujours de nous relever de la crise économique mondiale et que le marché du travail a si désespérément besoin d’appui et de consolidation, poursuit Paul  Moist.  Le gouvernement conservateur de Stephen Harper ne cesse de répéter que ses priorités sont l’économie et la création d’emplois – si c’était vrai, il élargirait les conseils sectoriels au lieu de les éliminer. »

Le SCFP fait partie de trois conseils sectoriels : le Conseil sectoriel des ressources humaines des services de garde à l’enfance, le Conseil des RH pour le secteur communautaire et le Conseil sectoriel de l’électricité. Le SCFP veut poursuivre son travail avec ces conseils et d’autres, mais l’appui du gouvernement fédéral est essentiel à leur viabilité et à leur efficacité.


Renseignements :

Greg Taylor, Relations du SCFP avec les médias, 613-818-0067 ou gtaylor@cupe.ca