Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.

TORONTO– Dans le cadre d’un sondage Forum Research mené le 4 juillet 2011, les Torontois se sont exprimés au sujet de leurs bibliothèques et leur message est le suivant : « Ne fermez pas nos bibliothèques et ne les privatisez pas. »

Le sondage a révélé que 74 pour cent des résidents de Toronto ne sont pas d’accord avec l’idée de fermer des succursales de bibliothèques pour combler le déficit de la Ville.  Lorsque c’est leur propre succursale locale qui est menacée, 64 pour cent sont « fortement en désaccord ».

Le sondage a été commandé par le Syndicat des travailleuses et travailleurs des bibliothèques publiques de Toronto (Toronto Public Library Workers Union ou TPLWU), section locale 4948 du Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP), qui représente 2400 travailleuses et travailleurs des bibliothèques publiques de Toronto.

Non seulement les résidents de Toronto sont-ils contre la fermeture de succursales de bibliothèques, mais 55 pour cent d’entre eux s’opposent à la privatisation de la prestation des services municipaux, quels qu’ils soient, avec plus d’un tiers « fortement en désaccord ».

Lorsque l’on parle de privatisation de la Bibliothèque publique de Toronto, sept Torontois sur dix, ou 71 pour cent, sont en désaccord, et plus de la moitié (55 pour cent) sont « fortement en désaccord ».

« La menace d’autres fermetures de succursales nous inquiète, tout comme les projets de privatisation, alors nous voulions savoir ce que le public pense vraiment de la question », explique Maureen O’Reilly, présidente du TPLWU, section locale 4948 du SCFP.

Le sondage montre aussi que les Torontois croient que les fermetures sont un enjeu politique.  Plus de la moitié (55 pour cent) affirment que si leur élu local était en faveur de la fermeture de succursales, cela influencerait « considérablement » leur vote aux prochaines élections municipales. En tout, sept Torontois sur dix (71 pour cent) disent que s’ils savaient que leur conseillère ou conseiller appuie les fermetures de succursales, cela influencerait leur vote.

Le syndicat compte remettre au maire Ford une carte de bibliothèque géante pour lui rappeler que 1,25 million de Torontois possèdent une carte de bibliothèque et s’en servent régulièrement. Les membres ont aussi invité le maire Ford à visiter n’importe quelle succursale.

« Entrez, Monsieur le Maire, et faites-vous accompagner de vos experts-conseils à un million de dollars si vous le voulez, dit Mme O’Reilly.  Parlez aux gens que vous rencontrerez et demandez-leur où est le gras dans lequel il faut couper.  Je pense que les oreilles vont vous chauffer. »

Une pétition antiprivatisation a été mise en ligne à www.ourpubliclibrary.to. D’autres initiatives, notamment d’information publique et d’alliances organisationnelles, seront entreprises au cours des semaines qui viennent.

Le sondage, mené à l’aide d’un système de réponse vocale interactive (RVI) à sélection aléatoire, est basé sur un échantillonnage de 1061 entrevues achevées avec des résidents de Toronto. Les résultats sont précis à plus ou moins trois pour cent, 19 fois sur 20, en posant des questions identiques.
  

Pour de plus amples détails, communiquez avec :

Maureen O’Reilly, présidente, TPLWU, section locale 4948 du SCFP : 647-206-7457