Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.


La Fédération internationale des ouvriers du transport (FIOT) a annoncé la libération, hier, du syndicaliste Mansour Osanloo, après presque quatre années d’emprisonnement en Iran.  Son crime?  Avoir voulu adhérer à un syndicat.

Depuis 2007, les membres du SCFP ont participé à des manifestations, à des campagnes en ligne et à l’envoi de lettres qui ont aidé à maintenir la pression et ont mené à la libération de M. Osanloo. 

En décembre 2010, Paul Moist, président national du SCFP, avait fait parvenir une lettre au gouvernement de la République islamique d’Iran pour protester contre le harcèlement constant dont font l’objet les militants syndicaux et pour demander leur libération immédiate.

« Cette journée était très attendue par la famille et les amis de Mansour et par les syndicalistes du monde entier, a déclaré M. Moist.  J’aimerais remercier les membres du SCFP pour leur participation et pour la solidarité dont ils ont fait preuve dans la campagne de la FIOT. »

Paul Moist a souligné que le SCFP continuera de travailler en solidarité avec les syndicats du monde entier afin d’assurer le respect de leurs droits fondamentaux.

La libération de Mansour est conditionnelle à sa « bonne conduite » et au paiement d’une caution.  La FIOT affirme que même si ces conditions ne respectent pas la promesse faite par le gouvernement iranien, sa libération est accueillie avec soulagement, compte tenu de la détérioration de son état de santé.  Deux de ses collègues, Reza Shahabi et Ebrahim Madadi, sont toujours en prison.

Mansour Osanloo était chauffeur d’autobus et il est président et membre fondateur du Vahed Syndicate, un syndicat libre représentant les travailleurs des autobus de Téhéran.  Depuis ses débuts en 2005, le syndicat affilié à la FIOT a fait l’objet de mesures de répression sévères, dont des attaques et des arrestations répétées. Mansour Osanloo était particulièrement visé.

En 2007, il a été condamné à cinq ans de prison après avoir été accusé « d’avoir agi contre la sécurité nationale » et de « propagande contre l’État ».  En 2010, une autre année a été ajoutée à sa sentence.

La FIOT est une fédération internationale de syndicats d’ouvriers du transport. LabourStart présente une analyse en profondeur de la lutte des travailleurs en Iran.