Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.


Québec, le mercredi 1 juin 2011 – Ce mercredi midi, près d’un millier d’employés de soutien de l’Université Laval ont cassé la croûte ensemble en manifestant joyeusement. Leur convention collective est arrivée à échéance hier, le 31 mai. Leur syndicat a donc donné le coup d’envoi d’une campagne de mobilisation et d’opinion publique pour favoriser la négociation d’un nouveau contrat de travail.

Les manifestants ont lancé le thème de la campagne : « Maîtres sur notre terrain ». Elle va se poursuivre au cours de l’été et passera ensuite à la vitesse supérieure avec un volet publicitaire ambitieux. Le syndicat entend mettre en valeur le savoir-faire et l’expertise des employés de soutien. Parmi ses membres, les départs à la retraite se multiplient et le roulement de personnel est élevé, tout cela alors que la main-d’œuvre qualifiée est rare dans la région. Les dirigeants du syndicat insistent donc sur l’importance de réussir la vaste transition en cours.

« Pour que l’Université Laval continue à performer dans les prochaines années, il lui faudra attirer et garder de bons employés de soutien. Ce n’est surtout pas le temps de revoir les conditions de travail à la baisse. Mais nous sommes inquiets des intentions de la direction quant à l’avenir du régime de retraite. Si nous avons le devoir de faire l’examen de notre régime, il s’agit surtout d’en assurer la pérennité, en recherchant des solutions communes. Notre message aujourd’hui est clair : la direction doit faire les bons choix dans la négociation qui s’amorce », selon Luc Brouillette, président du Syndicat des employés de soutien de l’Université Laval (SEUL-SCFP-FTQ).

Les manifestants ont accueilli des invités de marque : Michel Arsenault, président de la FTQ, Lucie Levasseur, présidente du SCFP-Québec, et Denis Bolduc, nouveau secrétaire général du SCFP-Québec.

 « C’est un honneur pour moi d’appuyer aujourd’hui la pérennité du régime de retraite des membres du SEUL. Leur cause est liée de près à la campagne‘Une retraite à l’abri des soucis’de la FTQ, qui vise à augmenter graduellement mais considérablement la couverture des régimes publics de retraite. Les régimes publics sont un puissant outil contre la pauvreté, mais aussi le meilleur moyen d’alléger la pression sur les régimes complémentaires d’employeur », a déclaré Michel Arsenault.

 « Il y a plus de trois ans, à une table de travail sur la retraite créée lors de la dernière négociation, le syndicat a proposé des solutions au recteur Brière. Malheureusement, ce dernier n’a donné aucune réponse. Mais il n’est jamais trop tard pour bien faire. M. Brière, assoyez-vous avec votre syndicat et faites de ce dossier une priorité », a lancé Lucie Levasseur.

Le SEUL-SCFP-FTQ est le syndicat qui regroupe quelque 1800 personnes œuvrant à l’Université Laval dans les catégories métier, bureau et technique : plombiers, menuisiers, agents de secrétariat, appariteurs, techniciens en informatique, etc.

Le Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP) représente quelque 11 000 membres dans les universités, principalement des employés de soutien. Comptant plus de 110 000 membres au Québec, le SCFP est aussi le plus important syndicat affilié de la FTQ

  

Renseignements :

Éric-Jan Zubrzycki, conseiller syndical, cell. 418 997-9191

Sébastien Goulet, Information SCFP, cell. 438 882-3756