Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.

La plupart croient aussi que le gouvernement fédéral doit accroître le financement destiné à l’infrastructure des municipalités

La plupart des Canadiens – 74 pour cent – font confiance au secteur public pour fournir les services de distribution d’eau potable et de traitement des eaux usées; 87 pour cent affirment que l’eau potable du Canada est une ressource naturelle précieuse qui doit rester publique et être protégée contre les intérêts des entreprises privées, selon un nouveau sondage publié aujourd’hui par le Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP).

« Les Canadiens de tout le pays font confiance aux travailleurs du secteur public pour fournir des services d’eau potable, affirme Paul Moist, président national du SCFP. Presque tout le monde convient que notre eau potable est trop importante pour la confier à des entreprises privées à but lucratif. »

Le sondage, réalisé pour le SCFP par le groupe Environics Research, révèle aussi que la plupart des Canadiens croient que le gouvernement fédéral doit assumer une plus grande responsabilité dans la protection et l’entretien des systèmes publics d’eaux potables et usées.

Plus de neuf Canadiens sur dix pensent que le gouvernement canadien doit aider les municipalités à payer le coût des mises à niveau des systèmes d’eaux potables et usées exigées par le fédéral. À peu près le même nombre – 89 pour cent – jugent que les gouvernements fédéral et provinciaux devraient contribuer davantage à l’amélioration des infrastructures municipales, comme les systèmes d’eaux potables et usées.

« Les Canadiens reconnaissent l’excellence du travail effectué par nos administrations municipales et l’importance des services publics municipaux, sur lesquels nous comptons chaque jour, souligne M. Moist.  Ils croient qu’il est temps que le gouvernement fédéral accorde plus de ressources à nos municipalités. »

Le sondage montre aussi un soutien considérable au maintien des services municipaux actuels, même si cela implique une hausse des impôts ou des frais d’utilisation.  En effet, 59 pour cent des répondants ont dit être prêts à accepter des hausses tandis que seulement un tiers affirmaient préférer voir les services considérablement réduits afin d’éviter d’augmenter les impôts.

Le sondage a été mené auprès de 1 000 Canadiens du 12 au 16 mai 2011. Sa marge d’erreur est de 3,1 pour cent, 19 fois sur 20. On peut voir les conclusions détaillées et les questions à scfp.ca.

Le SCFP, qui représente plus de 608 000 travailleurs, est le plus grand syndicat du Canada.


Pour en savoir plus :

Greg Taylor
Relations avec les médias
613-818-0067
 gtaylor@cupe.ca