Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.


Ce jeudi midi, environ 500 congressistes participant au congrès biennal du SCFP-Québec se sont rassemblés devant l’Assemblée nationale pour réclamer l’amélioration des régimes publics de retraite. Ils ont manifesté pendant 45 minutes en appui à la campagne « Une retraite à l’abri des soucis! » de la FTQ.  Alors qu’environ un aîné sur deux au Québec vit dans la pauvreté, cette campagne vise principalement une augmentation des cotisations au Régime de rentes du Québec (RRQ) en vue de doubler la rente. Ainsi, la rente augmenterait progressivement pour couvrir de 25 pour cent à 50 pour cent du revenu industriel moyen.

Les manifestants ont fait monter la pression sur le gouvernement du Québec en vue de la réunion des ministres des Finances du Canada le 15 juin prochain. Pour bonifier le RRQ au Québec et le RPC au Canada, il faut l’assentiment des deux tiers des provinces réunissant les deux tiers de la population. Or, seules trois provinces n’ont pas encore accepté : il s’agit de l’Alberta, de la Saskatchewan et du Québec. La manifestation a donc braqué les projecteurs sur l’inertie du gouvernement Charest dans le dossier.

Quatre dirigeants syndicaux se sont adressés aux manifestants : Lucie Levasseur, présidente du SCFP-Québec; Paul Moist, président pancanadien du SCFP; Claude Généreux, secrétaire-trésorier pancanadien du SCFP; et Michel Arsenault, président de la FTQ. Danis Prud’homme, directeur général du Réseau FADOQ, a également pris la parole.

« La pauvreté des aînés au Québec, c’est un scandale et ça doit changer – à partir de maintenant! La seule vraie solution, c’est d’améliorer les régimes publics de retraite », ont déclaré les dirigeants syndicaux. « Améliorer le RRQ et le RPC, c’est bon tant pour les syndiqués que pour les non-syndiqués. Ça nous unit, alors que certains veulent nous diviser. C’est aussi une cause gagnante parce que les régimes publics de retraite sont les plus efficaces. Les arguments économiques sont de notre côté », ont-ils ajouté.

« Il y a déjà sept premiers ministres au Canada qui appuient la réforme. Jean Charest, lui, reste accroché aux intérêts des banques et de la finance. Ensemble, on peut le décrocher! On compte sur vous », ont-ils lancé aux manifestants.

« Pour le Réseau FADOQ, il est plus que temps de mettre en place une démarche concertée, intergénérationnelle et rassembleuse pour assurer une plus grande sécurité financière à la retraite et un meilleur avenir à tous », a déclaré Danis Prud’homme, directeur général du Réseau FADOQ, venu appuyer les manifestants.

Toutes les informations sur la campagne « Une retraite à l’abri des soucis! » sont disponibles ici :

http://www.ftq.qc.ca/campagneretraite

Cette semaine, du 10 au 13 mai, le 27econgrès biennal du SCFP-Québec réunit les délégations de ses 505 syndicats locaux affiliés. Le thème de l’événement, qui se tient au Centre des congrès de Québec, est « Présents sur toutes les tribunes ».

Comptant plus de 110 000 membres au Québec, le Syndicat canadien de la fonction publique est présent dans plusieurs secteurs d’activités, entre autres, la santé et les services sociaux, l’éducation, les universités, les municipalités, l’énergie, les transports urbain et aérien, les communications, les sociétés d’État et organismes publics québécois. Il est aussi le plus important syndicat affilié de la FTQ.

Le Réseau FADOQ est composé d’organismes affiliés. Il a pour mission de regrouper les personnes de 50 ans et plus et de les représenter devant les instances nécessitant la reconnaissance de leurs droits et de leurs besoins. Il a également comme mission d’organiser des activités et d’offrir des programmes ainsi que des services répondant à leurs besoins. Le Réseau FADOQ compte à ce jour plus de 260 000 membres et est le plus grand organisme d’aînés au Canada.