Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.


Le mouvement syndical canadien est uni dans la lutte contre les accords de commerce irresponsables qui menacent nos services publics et les emplois canadiens.

Le Canada et l’Union européenne négocient présentement un nouvel Accord économique et commercial global (AECG) qu’ils espèrent signer d’ici la fin de l’année.

En vertu de l’AECG, de grandes multinationales pourraient prendre le contrôle de la prestation de services publics vitaux – comme les eaux potables et usées – avec ou sans l’accord des municipalités et des administrations locales.

Au premier jour de l’assemblée générale du Congrès du travail du Canada de 2011, tenue à Vancouver, en Colombie-Britannique, plus de 2 600 délégués ont adopté une résolution appelant le CTC à exiger une meilleure reddition de comptes et plus de transparence dans les négociations de l’AECG et à s’opposer à tout accord de commerce qui menacerait les services publics du Canada.

« L’AECG menace tous les travailleurs canadiens dans tous les secteurs de notre économie, qu’ils soient publics ou privés, affirme Paul Moist, président national du SCFP.  La déréglementation débridée et l’ouverture à la privatisation que favorisera l’AECG sont un danger non seulement pour les services publics que nous chérissons tant, mais aussi pour le secteur manufacturier, les ressources naturelles, les télécommunications et presque tous les autres secteurs de l’économie canadienne. »

Le SCFP, le SNEGSP et plusieurs conseils du travail régionaux et provinciaux ont présenté des résolutions sur l’AECG et les accords de commerce internationaux semblables. Le Comité des politiques économiques et sociales du CTC, coprésidé par Paul Moist, a présenté la résolution générale suivante.

 ——————————

Le Congrès du travail du Canada (CTC) demandera que les négociations en vue de l’Accord économique et commercial global (AECG)entre le Canada et l’Union européenne (UE) se passent dans la transparence avec la participation du public;

Le CTC appuiera la demande d’une évaluation complète des aspects sociaux, environnementaux et syndicaux de l’accord proposé;

Le CTC veillera à ce que l’accord proposé n’empêche pas les gouvernements de réglementer dans l’intérêt public, de protéger les services publics ou de créer de nouveaux programmes publics;

Le CTC s’opposera à l’intégration à l’AECG de dispositions sur les différends entre investisseurs et États et à ce que l’AECG oblige les gouvernements fédéral, provinciaux ou municipaux à rendre les marchés publics accessibles aux entreprises étrangères;

Le CTC accordera une priorité élevée à la campagne contre l’Accord économique et commercial global (AECG)imparfait, en appuyant le Réseau pour le commerce juste et les coalitions locales qui s’opposent à l’AECG;

Le CTC collaborera avec des alliés européens à informer les citoyens et à édifier l’opposition en Europe;

Le CTC demanderaà la Fédération canadienne des municipalités de se prononcer fermement et publiquement contre les menaces que fait peser l’AECG sur les pouvoirs municipaux;

Le CTC aidera les fédérations du travail et les conseils du travail à convaincre les gouvernements provinciaux d’exempter les municipalités de l’AECG et à inscrire l’AECG dans les enjeux prioritaires des prochaines campagnes électorales fédérales et provinciales;

Parce que l’AECG réduira la capacité des gouvernements à agir au nom des citoyens; il menacera le contrôle public de l’eau; et il accordera de nouveaux pouvoirs aux sociétés internationales.