Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.

  

Lac-au-Saumon – Jeudi dernier, le syndicat représentant les cinq employés municipaux de Lac-au-Saumon a déposé une offre globale et finale au conciliateur Martin Plante. Cette offre représente le statu quo par rapport au contrat de travail précédent, y compris du point de vue des hausses salariales. Ce geste de bonne volonté en vue d’un règlement rapide vise à réparer les dégâts causés par la mauvaise volonté de l’employeur depuis l’automne 2010.

C’est dans un contexte particulièrement difficile que se sont amorcées l’automne dernier les négociations pour le renouvellement de la convention collective des employés de la municipalité matapédienne de Lac-au-Saumon, échue depuis décembre 2009. Ces derniers sont membres de la section locale 1142 du Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP-FTQ), qui regroupe plus de 100 membres.

La rencontre de présentation des demandes syndicales a eu lieu au début de l’automne 2010. En janvier dernier, devant l’impossibilité d’obtenir des dates de rencontre pour obtenir une réaction de l’employeur, le syndicat avait demandé à la ministre du Travail de désigner un conciliateur. C’est devant ce dernier que le 25 mars dernier la petite municipalité a déposé des demandes jugées « inconcevables » par le syndicat.

« L’employeur veut rouvrir la convention de A à Z. Il nous présente plus de 80 demandes, dont plusieurs majeures, qui affecteraient entre autres la sécurité d’emploi, la sous-traitance, les heures supplémentaires, les frais d’arbitrage, la santé-sécurité, les horaires de travail, le travail des cadres, l’ancienneté, l’affichage des postes, les vacances et les congés de maladie. Pourtant, rien n’a changé dans le contexte de cette municipalité sinon que le nouveau conseil et la nouvelle directrice générale manquent lamentablement d’expérience »,selon Yanick Proulx, conseiller syndical au SCFP.

C’est en réponse à ces demandes que le syndicat a déposé son offre globale et finale jeudi dernier. « Il s’agit là d’une proposition plus que raisonnable dans les circonstances. Nous espérons que l’employeur saura saisir l’occasion et qu’il fera le meilleur choix tant pour les relations de travail que pour la qualité et les coûts des services pour les contribuables. Autrement, nous devrons prendre tous les moyens nécessaires pour nous faire respecter », de conclure Yanick Proulx.

Le 27 mai prochain, ce sera le 43e anniversaire de l’accréditation syndicale des employés de la municipalité. Elle avait été émise en 1968. En plus des employés municipaux de Lac-au-Saumon, la section locale 1142 du SCFP représente ceux d’Amqui, Causapscal, Saint-Léon, Sainte-Irène, Sayabec, Sainte-Angèle et Saint-Gabriel-de-Rimouski.

Le SCFP représente environ 70 pour cent de l’ensemble des employés municipaux au Québec, soit 31 100 membres. Le SCFP est de plus présent dans dix autres secteurs d’activités au Québec, entre autres, la santé et les services sociaux, l’éducation, les transports urbain et aérien, l’énergie, les sociétés d’État et organismes publics québécois et les communications. Comptant  plus de 110 000 membres au Québec, il est le plus important syndicat affilié de la FTQ.
  

Renseignements :

Yanick Proulx, conseiller syndical, cell. 418-750-5115
Sébastien Goulet, Information SCFP, cell. 438-882-3756