Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.


Dans quelques jours, les Canadiens choisiront leur prochain gouvernement fédéral.  Les sondages montrent un mouvement sûr et croissant en faveur de Jack Layton et du NPD. D’ici le jour des élections, le 2 mai, deux choses sont sûres. Premièrement, il est crucial que tous les membres du SCFP aillent voter. Deuxièmement, il faut s’attendre à ce que les autres partis déploient des efforts sans précédent pour s’attaquer à Jack et pour essayer d’endiguer la vague de popularité à l’égard du NPD

Depuis quatre semaines, nous avons beaucoup entendu discuter d’enjeux d’importance pour les travailleurs canadiens. Avant que les 600 000 membres du SCFP ne se rendent aux urnes, ils doivent bien connaître les positions des partis sur des enjeux clés pour les travailleurs, comme la fiscalité des sociétés, les régimes de retraite et l’avenir de notre système public de soins de santé.

 _______________________________________________________________


BAISSE DES IMPÔTS DES SOCIÉTÉS

Tout au long de la campagne, Stephen Harper a défendu sans relâche les irresponsables baisses d’impôts consenties aux entreprises par les conservateurs. Pourtant, il ne peut toujours pas démontrer de manière concluante que les allégements accordés aux banques et aux sociétés pétrolières ont permis de créer de nouveaux emplois ou de favoriser les investissements.

Le seul allégement fiscal que les conservateurs de Stephen Harper offrent aux Canadiens est une série de crédits d’impôt à la pièce, dont certains ne donnent que 75 $ d’économie réelle, qui vont en grande partie aux Canadiens les plus riches.  Ceux dont les revenus sont les plus faibles ne verront que peu ou pas d’avantages dans ces mesures.

Les libéraux de Michael Ignatieff promettent d’éliminer les prochaines baisses d’impôts des sociétés prévues et de tout garder au taux actuel de 16 pour cent, pour le moment. Mais leur programme est muet quant à leurs intentions pour les futurs budgets et ils ne proposent rien d’efficace au chapitre de la création d’emplois.

Seul le NPD de Jack Layton a fait preuve d’une réelle vision en matière d’équité fiscale, une vision qui obligera les grandes entreprises rentables du Canada à payer leur juste part. Non seulement le NPD mettra-t-il fin aux baisses d’impôts des sociétés, il haussera aussi le taux d’imposition à 19,5 pour cent, un taux qui demeure extrêmement concurrentiel par rapport au reste du monde et qui est beaucoup plus responsable que celui de 15 pour cent accordé par les conservateurs.

Avec ces revenus, le NPD promet de faire d’importants investissements dans l’infrastructure, ce qui aidera à diminuer le déficit d’infrastructure de 123 milliards de dollars tout en créant des emplois.

Le plan du NPD est axé sur une véritable création d’emplois, incluant un crédit d’impôt pour récompenser les entreprises qui créent des emplois. 

Le plan comprend également une diminution d’impôt de 3 pour cent pour les petites entreprises.  Car, par rapport aux grandes sociétés, les petites entreprises ont créé plus de la moitié des nouveaux emplois au Canada.

Un gouvernement dirigé par Jack Layton les aidera à demeurer des créateurs d’emplois efficaces.

GIMES DE RETRAITE

La position des conservateurs de Stephen Harper en matière de régimes de retraite est claire. Pour la très grande majorité des Canadiens, c’est « chacun pour soi ».  Stephen Harper a tourné le dos à la bonification du Régime de pensions du Canada, même si 80 pour cent des Canadiens appuient une hausse des prestations du RPC.

Les conservateurs proposent plutôt un régime de pension agréé collectif, ce qui n’aide en rien les 40 pour cent de Canadiens qui disent être incapables d’épargner pour leur retraite.

Ils promettent une maigre hausse du Supplément de revenu garanti aux personnes âgées à faible revenu, mais cette hausse s’accompagne de reculs pour les autres aînés vivant à peine au-dessus du seuil de pauvreté.

Quant à la position des libéraux sur l’aide à apporter aux 11 millions de Canadiens sans régime de retraite au travail, on peut la qualifier au mieux de « vague ». Ils se sont engagés à travailler avec les provinces et les territoires à accroître graduellement le montant des prestations du RPC, mais ils n’ont rien promis quant au niveau d’augmentation qu’ils souhaitent.  Ils proposent aussi un supplément volontaire au RPC, mais payé uniquement par les travailleurs.

Le NPD de Jack Layton est le seul parti qui se soit engagé à doubler les prestations du RPC. Le NPD compte augmenter graduellement de 50 pour cent les prestations du RPC, qui ne se situent maintenant qu’à 25 pour cent du revenu d’avant la retraite.  C’est la façon la plus efficace et économique d’améliorer le revenu de retraite de tous les Canadiens.

Pour les plus pauvres, Jack Layton a promis qu’un gouvernement du NPD augmenterait, dès son premier budget, le SRG de manière à sortir de la pauvreté toutes les personnes âgées du pays.

SANTÉ

La santé est sans contredit l’enjeu électoral le plus important pour les Canadiens. Le prochain gouvernement fédéral devra renouveler l’accord sur la santé avec les provinces et les territoires, un accord qui sera essentiel au renforcement de notre système public d’assurance-maladie.

Tant Stephen Harper que Michael Ignatieff ont promis de maintenir le facteur de progression de six pour cent pour le financement du Transfert canadien en matière de santé. Toutefois, aucun des deux programmes ne mentionne ces promesses. Les deux chefs demandent tout simplement aux Canadiens de leur faire confiance.

Dans le budget fédéral défait des conservateurs, les hausses d’indexation étaient incluses en 2015-2016, mais uniquement en tant qu’« hypothèse de planification », avec une note précisant que ce serait « à compter de 2014-2015, mais ce facteur de progression n’est pas encore adopté et pourrait être modifié ».

Entre hypothèse et engagement électoral, l’écart est grand.

Le NPD de Jack Layton est le seul parti à s’être clairement engagé à maintenir le facteur de progression de six pour cent dans une nouvelle entente sur dix ans. Cet engagement est écrit noir sur blanc dans la plateforme du NPD.

En outre, le NPD s’engage à créer un transfert en matière de santé pour les soins de longue durée dans l’accord renouvelé et à inclure les soins à domicile et de longue durée dans l’assurance-maladie.

Les gouvernements libéraux et conservateurs ont fait preuve d’une absence complète de vision et de leadership dans la défense et le renforcement de notre système public universel de soins de santé.

Le NPD de Jack Layton est le seul parti qui ait un plan clair et qui se soit engagé à protéger les soins de santé publics, en plus d’être le seul auquel les travailleurs canadiens puissent faire confiance pour garantir l’accès aux soins dont nous avons besoin.

LES PARTIS ONT EU LEUR MOT À DIRE, MAINTENANT C’EST À NOUS DE PARLER

Après avoir comparé les plateformes et entendu les chefs pendant la campagne électorale, le choix est clair pour les travailleurs canadiens. Jack Layton a le vent dans les voiles. Le NPD propose le meilleur plan et offre le leadership et la vision qu’exigent les Canadiens de leur prochain gouvernement fédéral.

À nous d’agir. Il n’est pas trop tard pour donner de l’argent ou pour faire du bénévolat pour votre candidate ou candidat néo-démocrate local.  Mais surtout, allez voter !

Le 2 mai, nous pouvons choisir de faire avancer le Canada, nous pouvons choisir le NPD de Jack Layton.