Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.

  

Port-au-Prince, Haïti - Quatre représentants du Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP) et une représentante de l’Alliance de la Fonction publique du Canada (AFPC) sont présentement sur place en Haïti pour lancer la construction d’un nouvel édifice pour des syndicats haïtiens. Ils sont également accompagnés de Denis Malo de la firme Courbec, spécialisée en gestion et développement immobiliers.

L’ancien quartier général de la Confédération des travailleurs et travailleuses des secteurs public et privé (CTSP) a été détruit lors du tremblement de terre le 12 janvier 2010. Depuis, ces syndicats haïtiens opèrent sous une tente de dix par douze pieds.

Cette construction est rendue possible grâce à la contribution du SCFP et de l’AFPC, mais également de l’Union internationale des employés des services (UIES), le Syndicat de la fonction publique du Québec (SFPQ) et l’Alliance du personnel professionnel et technique de la santé et des services sociaux (APTS).

« Nous sommes ici pour lancer la construction du nouvel édifice syndical, affirme Claude Généreux, secrétaire-trésorier national du SCFP. Nous avons même assisté aux travaux de nettoyage du terrain où sera bâti le nouvel édifice de la CTSP. » La délégation a aussi rencontré l’ingénieur haïtien impliqué dans le projet de reconstruction. « De plus, en parlant à d’autres acteurs sur le terrain, nous avons vite constaté que l’acquisition d’une camionnette constituerait un outil essentiel non seulement pour aider à la reconstruction des bureaux, mais pour les actions syndicales de la CTSP à plus long terme. Les coûts du projet de reconstruction sont évalués à près de 100 000 dollars. 

Nous sommes allés plus loin, en offrant de la formation à une quinzaine de leaders syndicaux, notamment sur la gestion financière syndicale. Alors que l’aide internationale n’a pas toujours l’impact souhaité, cette collaboration intersyndicale représente notre effort dans la reconstruction non seulement de l’infrastructure mais aussi de la capacité des syndicats et de la société civile haïtienne », affirme Généreux. 

Sarah Bélanger de l’AFPC s’est déclarée privilégiée de participer à ce projet. « C’est important pour nous que ça soit les travailleurs et les travailleuses d’ici, avec un ingénieur haïtien, qui aient identifié leurs besoins. Nous, on est là pour les appuyer », a rajouté la représentante de l’AFPC.

Le président de la Confédération des travailleurs et des travailleuses des secteurs public et privé (CTSP), Dukens Raphaël, est reconnaissant de la contribution du SCFP, de l’ACFP et des autres syndicats canadiens : « C’est avec beaucoup de satisfaction et de solidarité que nous recevons cet appui des syndicalistes canadiens et nous sommes extrêmement heureux que cette aide entre dans sa phase d’exécution », a affirmé M. Raphaël. La CTSP compte 6000 membres de douze syndicats différents.

Les représentants du SCFP et de l’AFPC étaient encore présents en Haïti lors du deuxième tour des  élections présidentielles de dimanche. 
  

Renseignements :

Pierre Ducasse, communications SCFP (Ottawa), 613-852-1494
Ronald Boisrond, recherche SCFP (Haïti), 011 509 3943 3238 ou 514-802-280
Alain Cossette, communications AFPC (Ottawa), 613-293-9210