Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.


Le Syndicat représentant les travailleurs municipaux de Sainte-Anne-de-Madawaska examinera toutes les possibilités légales afin de faire respecter l’entente de principe conclue avec la municipalité le mois dernier.

La section locale 4576 du SCFP est consternée devant le rejet par le Conseil municipal hier soir de l’entente de principe négociée par le maire Guy Bellefleur et la conseillère Diane Martin.

« Le maire Bellefleur et la conseillère Martin ont négocié et signé l’entente de principe en présence du médiateur et du Syndicat.  Cette entente a été conclue après deux jours de négociations intenses.  Le maire et la conseillère ont assuré le Syndicat ainsi que le médiateur qu’ils recommanderaient son adoption au Conseil municipal », de dire Gérald LeBlanc, conseiller syndical au SCFP.    

«Hier soir, le Conseil a rejeté l’entente à l’unanimité sans débat ou discussion.  Le maire et la conseillère qui ont négocié l’entente ont manqué à leur parole.  Il s’agit clairement d’une mauvaise foi lors des négociations ». 

« Le SCFP à l’intention de poursuivre toutes les possibilités légales afin de faire respecter l’entente de principe», a conclu LeBlanc. 

Les deux membres de la section locale 4576 du SCFP sont en lock-out depuis juin 2010.