Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.


Danny Cavanagh, président du SCFP-Nouvelle-Écosse, demande au gouvernement de protéger les intérêts de la province contre un accord de libre-échange sans fondement, l’AÉCG.

Dans une lettre publiée dans le Chronicle Herald, M. Cavanagh et Angela Giles, agente de recrutement pour le Conseil des Canadiens, soutiennent que le premier ministre Stephen Harper cède nos droits démocratiques à des sociétés multinationales en négociant l’Accord économique et commercial global. Il ajoute que l’accord menacerait les politiques d’approvisionnement local et des mesures visant à protéger des emplois dans des industries clés comme les pêcheries. De plus, il contribuerait à intensifier la privatisation de services d’eau et de traitement de l’eau.