Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.

Le SCFP et d’autres groupes canadiens se trouvaient cette semaine à Bruxelles et Strasbourg pour s’opposer à l’accord de libre-échange canado-européen qu’on appelle l’AÉCG (Accord économique et commercial global). La délégation du Réseau pour le commerce juste a terminé son périple européen par des rencontres sur l’AÉCG avec ses alliés de la société civile à Bruxelles. Voici un compte-rendu de ce dernier jour à Bruxelles par Blair Redlin, expert du SCFP en politiques commerciales.

Le journal AÉCG de Blair, depuis Bruxelles :

Nous avons commencé par une réunion aux bureaux bruxellois de la Fédération européenne des syndicats de services publics (EPSU). Il y a un an, celle-ci et trois des principaux syndicats canadiens du secteur public avaient émis un communiqué conjoint sur l’AÉCG.

Étaient présents au bureau de l’EPSU à Bruxelles ce jeudi: Jan Willem Goudriaan, secrétaire général adjoint de l’EPSU; Pablo Sanchez, agent de communication et de liaison du Parlement européen avec l’EPSU; Martin Pigeon du Corporate Europe Observatory et Gabriella Zanzanaini de Food and Water Watch Europe.

Nous avons discuté des moyens pour faire suite à nos rencontres avec les membres du Parlement européen à Strasbourg, ainsi que d’autres stratégies pour influencer la Commission européenne et le Conseil européen. La Commission européenne a demandé au Conseil d’approuver un nouveau mandat de négociation qui intégrerait à l’AÉGC une clause investisseur-état semblable à l’ALÉNA. Nous avons donc cherché des manières d’influencer les législateurs européens sur ce nouveau développement. Notre réunion a porté principalement sur la protection des services d’eau potable contre l’AÉCG et l’accroissement de la visibilité de l’AÉCG dans les médias européens et parmi les groupes de la société civile. Cet échange productif et amical conduira assurément à une meilleure compréhension de l’AÉCG dans les milieux communautaires européens.

Ensuite, Stuart Trew et moi avons rencontré Marc Maes, agent commercial européen de l’organisme belge de développement 11.11.11. Celui-ci nous a résumé la réunion du Seattle to Brussels Network qui s’est tenue à Vienne cette semaine. Nous fûmes heureux d’apprendre que ce réseau a émis un important communiqué s’opposant à l’AÉCG.

Enfin, nous avons rencontré Michael Earle, conseiller en pêcheries au Groupe des Verts/Alliance libre européenne du Parlement européen. Originaire du Canada, Michael s’intéresse particulièrement au dossier de l’AÉCG, ainsi qu’aux aspects de l’accord qui menacent d’accroître l’accès des sociétés européennes aux zones de pêche au large de la côte est du Canada et risquent d’appauvrir les réserves de poisson.

Ces rencontres ont contribué à sensibiliser l’Europe à l’AÉCG. Les pourparlers qui l’entourent sont encore peu connus ou compris sur le territoire européen. Cependant, lorsque les Européens apprennent la nature de ces pourparlers, ils partagent nombre des inquiétudes des Canadiens à son endroit. Le suivi qui sera fait des stratégies élaborées aujourd’hui augmentera de beaucoup la sensibilisation à l’AÉCG sur le Vieux Continent.

Les réunions d’aujourd’hui concluaient notre semaine. Nous revenons à la maison. Tous les membres de la délégation ont l’impression d’avoir eu une semaine utile et productive. Nous avons obtenu de l’information précieuse sur l’état actuel des pourparlers et avons fait beaucoup pour faire progresser la sensibilisation et l’opposition à l’AÉCG en Europe.