Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.

Haïti : Des syndicats canadiens contribuent à la reconstruction

Le 11 janvier, un an après le séisme dévastateur en Haïti, des syndicats canadiens agissant dans le secteur des services publics annoncent qu’ils signeront cette semaine un protocole d’entente confirmant une contribution bien concrète en Haïti. Ils offrent un soutien financier et technique afin de construire un nouveau quartier général pour les syndicats haïtiens. L’argent servira spécifiquement à la reconstruction du bureau de la Confédération des travailleurs et des travailleuses des secteurs public et privé (CTSP), à Port-au-Prince. Les plans sont déjà approuvés et la construction débutera au printemps.

La CTSP représente plus de 8 000 travailleurs, notamment dans les domaines de la santé, de l’éducation, de l’électricité et des services municipaux. Présentement, la CTSP opère sous une tente de 10 par 12 pieds. Un exemple probant des difficultés et des lenteurs de la reconstruction est malheureusement illustré par le fait que moins de cinq pour cent des gravats résultant du tremblement de terre de l’an dernier ont été enlevés, rappelle Claude Généreux, secrétaire-trésorier national du SCFP.

Les syndicats impliqués dans ce projet sont notamment le Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP), l’Alliance de la fonction publique du Canada (AFPC), l’Union internationale des employés des services  (UIES), le Syndicat de la fonction publique du Québec (SFPQ) et l’Alliance du personnel professionnel et technique de la santé et des services sociaux (APTS). Les syndicats offrent une contribution de 50 000 $, ce qui représente les coûts estimés du projet.

Éliminez l’eau embouteillée de votre lieu de travail

Le 10 mars 2011, partout au Canada, des communautés se mobiliseront pour interdire l’eau embouteillée et redonner ses lettres de noblesse à l’eau publique. Le 10 mars, ce sera la deuxième Journée annuelle sans eau embouteillée. Il est de plus en plus difficile d’avoir accès à de l’eau potable publique dans les lieux de travail du Canada. Les fontaines publiques ne sont plus entretenues et on n’en installe plus dans les édifices neufs. De plus, les entreprises d’eau en bouteille veulent s’approprier le marché et font pression pour remplacer l’infrastructure publique par des distributeurs automatiques privés.

En tant que chef de file de la lutte contre la privatisation de l’eau, le SCFP collabore avec la Fédération canadienne des étudiantes et étudiants, la  Sierra Youth Coalition, Développement et Paix et l’Institut Polaris pour promouvoir la Journée sans eau embouteillée. Cette année, le SCFP et ses partenaires intensifient leurs pressions pour que les campus universitaires et collégiaux et les municipalités soient exempts d’eau embouteillée. Déjà, 81 municipalités et dix campus universitaires et collégiaux ont pris des mesures pour décourager la consommation d’eau en bouteille.

Participez à la Journée sans eau embouteillée : Incitez vos membres, réseaux, amis et collègues à signer l’engagement; organisez une activité; Communiquez avec votre conseiller municipal, conseiller scolaire et président d’université et demandez-leur de signer l’engagement pour la Journée sans eau embouteillée. Pour en savoir plus : www.journeesansbouteilles.ca.

Surrey s’associe au personnel syndiqué de la Ville pour améliorer la sécurité

Le 12 janvier, la Ville de Surrey est la plus récente à s’associer à l’excellent programme du SCFP « City Watch », qui utilise les yeux et les oreilles des travailleurs municipaux pour s’attaquer à la criminalité et accroître la sécurité publique, a déclaré Cindy McQueen, vice-présidente générale du SCFP-C.-B. « City Watch », une initiative du Syndicat canadien de la fonction publique, combine les efforts du personnel de la Ville de Surrey, de la section locale 402 du SCFP et de la GRC de Surrey pour prévenir et réduire la criminalité en incitant les employés municipaux à être vigilants et à remarquer les activités suspectes et criminelles dont ils pourraient être témoins au travail.

New Westminster, Victoria, Burnaby, Kamloops, Ladysmith, North Vancouver et Delta font partie des autres collectivités de la Colombie-Britannique qui ont mis en œuvre le programme « City Watch ». Beaucoup d’autres devraient annoncer leur adhésion au cours des prochains mois. 

Rien ne justifie la sous-traitance des services de scanners à Regina

Pourquoi la régie de la santé de Regina Qu’Appelle donne-t-elle en sous-traitance les services de tomodensitométrie (scanners) alors que les temps d’attente diminuent et que les appareils de la région sont sous-utilisés? Le Conseil de la santé du SCFP a exigé des réponses à cette question et à d’autres après avoir appris que la régie de la santé de Regina Qu’Appelle a signé une entente pluriannuelle avec une autre clinique privée pour fournir les services de scanners de la région.

En juin dernier, la régie soutenait que les trois scanners des hôpitaux de Regina étaient utilisés à leur « capacité maximale sept jours sur sept ». Dans le communiqué le 12 janvier, la régie souligne que les trois scanners sont « libres » 16 heures par jour, sept jours sur sept.

En fait, les scanners des trois hôpitaux de Regina ne fonctionnent à pleine capacité que pendant les heures normales de travail, du lundi au vendredi. Deux scanners sont utilisés le soir et les week-ends, mais uniquement en cas d’urgence. Le troisième ne sert pas. Le syndicat se demande aussi pourquoi la régie de la santé a signé un contrat de 32 mois avec Radiology Associates de Regina pour exécuter 42 500 scans additionnels, alors même que les listes d’attente diminuent. Consultez le site Web Keep Healthcare Public (Tenir les soins de santé public : http://keephealthcarepublic.ca/.

Le président du SCFP-N.-É. presse la ministre de l’Éducation de clarifier les coupures proposées

Danny Cavanagh, président du SCFP-Nouvelle-Écosse, croit que la nouvelle ministre de l’Éducation devrait clarifier les intentions de son ministère quant aux coupures de financement proposées. « Nos sections locales en commissions scolaires se réuniront à Truro le 22 janvier, affirme Kathy McLeod, coordonnatrice des commissions scolaires du SCFP, pour se préparer à agir si le gouvernement réduit effectivement les budgets des commissions scolaires. »

M. Cavanagh et Mme MacLeod ont écrit à l’ancienne et à la nouvelle ministre pour demander des explications concernant  ce qu’elles ont demandé aux commissions scolaires et l’impact que cela pourrait avoir sur les classes et les services de première ligne. Wilfridine Crowdis, qui s’exprime au nom du Conseil des syndicats de commissions scolaires (NSSBCU) du SCFP, affirme que « le SCFP, le plus grand syndicat de commissions scolaires au pays, fier de sa fiche en matière de défense de l’éducation publique, fera tout en son pouvoir pour protéger les services que fournissent nos membres dans les commissions scolaires.

Justice pour José! Le SCFP appuie la campagne pour empêcher la déportation injuste d’un homme résidant en Colombie-Britannique depuis 13 ans

Le SCFP invite ses membres à montrer leur appui à José Figueroa, père de trois enfants nés au Canada et résident de la Colombie-Britannique depuis treize ans, qui doit être déporté par le gouvernement canadien. M. Figueroa a été jugé inadmissible par la Commission de l’immigration et du statut de réfugié sur la recommandation du ministère de la Sécurité publique, qui a qualifié par erreur le Front de libération nationale Farabundo Martí (FMLN) d’organisation terroriste.

Il y a vingt ans, lorsqu’il était étudiant, José Figueroa a adhéré à l’organisation—devenue depuis le parti au pouvoir démocratiquement élu du Salvador—pour protester contre la dictature militaire brutale et antidémocratique qui régnait sur le pays. Le gouvernement de l’époque avait notamment recours aux escadrons de la mort pour réduire l’opposition au silence.

Les organisateurs de « WE ARE JOSE » (Nous sommes José), une campagne d’appui à José Figueroa, demandent à Vic Toews, ministre de la Sécurité publique, de « répondre à la demande visant à accorder une exemption à José et déclarant qu’il ne représente pas une menace à la sécurité nationale, avant le 16 janvier, date anniversaire de la signature de l’accord de paix salvadorien ».

Des activités d’appui à José Figueroa sont prévues partout au pays aussi à cette date. Pour savoir plus : http://wearejose.wordpress.com/.

Appui de la collectivité aux bibliothécaires de Toronto

Politiciens et membres de la collectivité sont venus appuyer le maintien des services bibliothécaires à leurs niveaux actuels et résister aux coupures qu’exige l’administration du maire de Toronto, Rob Ford, lors de la réunion du conseil bibliothécaire de la Ville, le 6 janvier dernier. Maureen O’Reilly, présidente du SCFP 4948, figurait parmi les partisans.

La crainte majeure du SCFP concerne le manque chronique de personnel à la Bibliothèque de Toronto, a-t-elle déclaré. Réduire le personnel signifie qu’il y aura moins de bibliothécaires pour faire la lecture aux enfants et aider nos citoyens sans emploi à chercher du travail. Cela diminuera aussi l’accès à l’informatique pour nos citoyens sans ordinateur à la maison. Et ce n’est qu’un début.

L’ancien maire de Toronto John Sewell et Adam Vaughan, ex-membre du conseil bibliothécaire et conseiller municipal, ont plaidé en faveur du maintien des services, tout comme plusieurs autres citoyens. Cette vague d’appuis survient à la suite d’un compromis budgétaire proposé par la conseillère Janet Davis. Celui-ci permettrait de ne pas fermer la bibliothèque des Affaires urbaines et de diminuer l’ampleur des coupures de personnel.

Le SCFP négocie sur plusieurs fronts dans les soins de longue de durée au Cap-Breton

Le Conseil du travail vient de donner l’ordre d’accréditation à notre dernière section, la section locale 5032, qui représente 45 employés du St. Anne Community and Nursing Care Centre à Arichat. Nous avons hâte de négocier un premier contrat avec cet employeur. La section locale 4965, qui représente 40 employés de Celtic Court à Sydney, vient de ratifier un premier contrat de travail qui leur accorde la parité salariale avec leurs collègues de la province. De plus, ce groupe fait son entrée dans le régime de retraite de la Health Association NS.

Sur une note beaucoup moins positive, les négociations de la section locale 3630 – le personnel de la Port Hawkesbury Nursing Home – se déroulent mal.Jusqu’à présent, l’employeur n’a pas encore déposé le règlement monétaire négocié par le SCFP à l’échelle provinciale. Il a aussi adopté sur l’affichage des postes une position inéquitable et injustifiable aux répercussions graves pour tous les employés. « Résultat : les employés ont voté massivement en faveur de moyens de pression si ces points litigieux ne se règlent pas », expliqueJohn Evans, conseiller syndical du SCFP à Sydney.

Le conciliateur du ministère du Travail déposera son rapport cette semaine, ce qui nous donnera un levier juridique d’ici la fin du mois.

Vote de grève des employés de l’Université de Windsor en réplique aux concessions demandées

La section locale 1393 du Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP) tenait un vote de grève le 13 janvier, en réplique à la lenteur des négociations avec l’Université de Windsor et aux demandes de concession de celle-ci.

« L’administration universitaire dépense deux à trois fois plus d’argent à l’heure en employant des sous-traitants externes, explique Aldo DiCarlo, président du SCFP 1393, au lieu de créer plus d’emplois à plein temps. L’administration refuse de comprendre ses obligations découlant de la dernière convention collective, poursuit-il, et il en coûte à l’université des millions de dollars pour combattre plus de 200 griefs, alors qu’elle pourrait s’asseoir avec nous pour trouver des solutions. Parallèlement, l’Université continue de hausser les droits de scolarité et de réduire les services aux étudiants et aux employés. »

Le SCFP signe une nouvelle convention avec la Régie des services partagés du comté de Pictou

La section locale 281 du SCFP a une nouvelle convention collective avec la Régie des services partagés du comté de Pictou (PCSSA). Parmi les faits saillants du règlement, on peut mentionner des hausses salariales de 3 pour cent le 1 avril 2009, 3 pour cent le 1 avril 2010, 2,5 pour cent le 1 avril 2011 et 2,5 pour cent le 1avril 2012.

« La convention collective de la section locale 281 prévoit plusieurs bonifications importantes et la Régie est heureuse d’avoir conclu cette nouvelle entente avec les employés, a déclaré Barrie MacMillan, maire de New Glasgow et président de la PCSSA. Les négociations se sont très bien déroulées et les deux parties ont agi de manière respectueuse et professionnelle tout au long du processus. »

La grève des cols bleus de Lévis est suspendue

Le débrayage de 24 heures des cols bleus de Lévis, prévu pour le 14 janvier, n’a pas eu lieu – pour l’instant du moins. Les pourparlers se sont déroulés toute la semaine et les négociateurs syndicaux estiment qu’il y a eu suffisamment d’avancées pour différer l’utilisation de la grève, tout cela afin de poursuivre les discussions dans le meilleur climat possible. Les deux parties se sont fixé comme objectif de parvenir à une entente de principe d’ici le 11février prochain.

Le contrat des membres du SCFP 2334 est échu depuis le 31 décembre 2007. En novembre 2009, les syndiqués, réunis en assemblée générale, avaient accordé un mandat de grève à leur comité de négociation, dans une proportion de 99 pour cent.

  

 rks/sepb491