Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.


Truro, N.-É. - Danny Cavanagh, président du SCFP de la Nouvelle-Écosse, félicite le ministre des Finances Graham Steele et le premier ministre, qui ont tous deux critiqué la position de l’Alberta sur la réforme du Régime de pensions du Canada (RPC).

« C’est formidable que notre province se prononce fermement dans ce dossier, soutient M. Cavanagh, parce que les Canadiens de tout le pays ont dit, sondage après sondage, qu’il fallait remédier aux lacunes de notre système de sécurité à la retraite. »

« C’est plus qu’une question de politique : il faut permettre aux gens de toucher un revenu de retraite acceptable grâce à un système qui fonctionne bien, mais qui doit être modernisé et adapté au XXIe siècle, poursuit Danny Cavanagh.  Si quelqu’un joue un jeu politique ici, c’est Jim Flaherty, le ministre des Finances du Canada, qui n’arrive pas à se brancher sur la réforme du RPC par crainte de déplaire à la base de Stephen Harper en Alberta. » 

« Ce que nous pouvons faire de mieux pour assurer la sécurité à la retraite de tous les Néo-Écossais et de tous les Canadiens, c’est de bonifier le RPC.  Il s’agit d’un régime universel et entièrement transférable partout au pays, peu importe le nombre d’employés d’une entreprise.  Il est financé conjointement par les employés et par les employeurs et il a été jugé actuariellement sain pour les 75 prochaines années.  Le RPC est une réussite canadienne sur laquelle nous devons miser », déclare M. Cavanagh.

En juillet 2010, un peu plus de 163 000 Néo-Écossais recevaient des prestations de retraite.  En moyenne, leur pension du RPC équivaut présentement à 477 $ par mois, ce qui est inférieur à la moyenne canadienne de 502 $.

Danny Cavanagh affirme que si le taux de remplacement passait de l’actuel 25 pour cent à 50pour cent – ce que prônent le SCFP et le Congrès du travail du Canada – les travailleuses et travailleurs pourraient, avec le temps, toucher jusqu’à 1 868,33 $ par mois.

« Bravo à notre ministre des Finances et à notre premier ministre qui ont pris la défense des familles des travailleuses et travailleurs! » conclut Danny Cavanagh.

  

Pour de plus amples détails :


Danny Cavanagh
Président, SCFP de la Nouvelle-Écosse
Cel. : 902-957-082                                   

John McCracken
Conseiller des communications du SCFP
Tel. : 902-455-4180