Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.


À la suite d’une série de publicités à la radio et dans les journaux pour enjoindre la population à demander à ses élus municipaux de doter Westario d’un conseil d’administration plus fort et responsable, voilà que la société énergétique semble chercher à intimider ses employés, des membres de la section locale 255 du Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP).

Pour faire suite à d’importantes inquiétudes concernant Westario, des questions auxquelles la haute direction de l’entreprise n’a pas daigné répondre, les membres de la section locale 255 du SCFP ont jugé n’avoir d’autre choix que de s’adresser aux conseils municipaux des localités que dessert Westario pour s’assurer de la nomination d’un conseil d’administration responsable.

« La manière dont notre milieu de travail est géré est très frustrante et inquiétante, soutient Scott Catto, président de la section locale. Nos inquiétudes tombent dans l’oreille d’un sourd. Nous n’avions pas le choix de nous adresser au public. De 17 monteurs de lignes en 2004, nous sommes tombés à huit, et le moral du personnel est à son plus bas. Le taux de rotation du personnel est énorme, y compris à la direction. Sans compter les problèmes liés à la santé-sécurité et à la charge de travail. »

« En plus, il semble que la direction s’en prenne maintenant à nos membres. Une employée a été questionnée par trois représentants de la direction à propos d’un congé de maladie. C’est du jamais vu; habituellement, un représentant suffit. C’est la première fois que la direction en envoie trois. »

« On a accusé des employés d’avoir volé un compresseur qui s’est avéré être au poste de Wingham; même après son retour à l’atelier, on a demandé à un employé s’il avait eu l’appareil chez lui. Enfin, on a accusé nos membres d’avoir endommagé le pneu d’un véhicule sur appel, même si un réparateur externe a clairement affirmé que, dans un tel cas, le pneu aurait été à plat et que ce genre de dommage était très courant. »

« Ces événements récents montrent l’urgence, pour les conseils de Brockton, Hanover, Kincardine, North Huron, South Bruce, Huron-Kinloss, Minto et Saugeen Shores qui représentent leurs contribuables et sont actionnaires de Westario, d’agir le plus tôt possible, avant que la situation dégénère. »

« Pour terminer, conclut M. Cato, j’aimerais ajouter que je ne crois pas que le conseil d’administration actuel sache, ni approuve qu’on traite ainsi les employés. »

 
Pour en savoir plus, contactez :

James Keenan
Représentant national du SCFP
705-790-0056

Wendy Forbes
Communications du SCFP
 416-292-3999