Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.


La délégation du SCFP à la CP a passé la journée plongée dans les présentations et discussions aux côtés de ses collègues syndicalistes du monde au pavillon Monde du travail (MT). Cet événement syndicaliste se déroule en parallèle aux négociations formelles sur les changements climatiques de la CP 16. C’est l’occasion pour les représentants syndicaux de partager les initiatives adoptées autour du globe pour contrer le réchauffement climatique.

MT a profité d’un vaste éventail de présentations, la plus remarquable étant celle d’Anabella Rosemberg intitulée « Les syndicats et les changements climatiques ». Mme Rosemberg est agente en environnement et développement durable à la Conférence internationale des syndicats, sise à Bruxelles. Elle a décrit le rôle clé que tiennent les syndicalistes dans les négociations sur le réchauffement climatique à l’ONU en apportant à la table la voix des syndiqués. « La lutte contre le réchauffement climatique a besoin de nous, a-t-elle soutenu. Notre rôle consiste surtout à apporter les enjeux sociaux à ces négociations internationales, par exemple en nous assurant que le texte de la déclaration des parties à la CP 16 mentionnera les concepts de transition équitable et de travail décent. »

Mme Rosemberg a pressé les syndicalistes de s’assurer qu’un éventuel accord international sur le réchauffement climatique sera compatible avec les travailleurs.

Parmi les autres démarches importantes pour contrer le réchauffement climatique, les syndicats peuvent renforcer le dialogue social sur la question avec nos alliés des organismes écologiques et de justice sociale. De même, il faut exiger de l’investissement dans des emplois verts et décents, ainsi que l’expansion des droits au travail pour y inclure des clauses environnementales, comme le droit de connaître les impacts d’un procédé donné sur le climat et l’environnement en général.

Parmi les autres conférenciers de cette première journée de MT :

  • un panel de syndicalistes du Malawi, du Bangladesh, de la Turquie et du Royaume-Uni a décrit les mesures contre le réchauffement climatique dans leurs lieux de travail et communautés;
  • une agricultrice du Nicaragua a présenté un réseau de travailleuses créé pour renforcer la résilience des communautés vulnérables confrontées aux désastres liés au réchauffement climatique, comme des tempêtes plus violentes;
  • un membre de Sustain Labour a parlé des impacts sociaux du réchauffement climatique, dont l’accroissement de l’iniquité. Ses impacts sérieux touchent un habitant des pays en développement sur 19, contre un sur 500 dans les pays industrialisés, surtout parce que les iniquités sociales exposent plus certaines personnes au risque et aggravent les impacts du réchauffement climatique.


Les membres de la délégation du SCFP feront une présentation à MT lorsque l’événement reprendra au début de la semaine prochaine. D’ici là, ils retourneront aux séances formelles de l’ONU et participeront à d’autres activités qu’organise la société civile au Mexique.