Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.


Le SCFP-Î.-P.-É. demande au gouvernement provincial de résister à l’arrivée des établissements privés conférant des grades universitaires dans la province.

« Nous sommes très inquiets de la décision du gouvernement d’aller de l’avant avec une nouvelle Loi sur l’attribution de grades universitaires ouvrant la porte aux établissements privés », affirme Milo Murray, président du SCFP-Î.-P.-É.

« Nous partageons les inquiétudes qu’expriment de nombreuses voix du milieu universitaire et le président de l’UPEI qui, tous, s’opposent fermement aux modifications proposées. Nous exigeons la tenue d’une vaste consultation sur cette question importante. »

« Le gouvernement devrait consulter les Prince-Édouardiens et le milieu universitaire avant de modifier en profondeur l’éducation universitaire sur l’île. Il n’y a aucune raison d’adopter cette loi à la sauvette. »

« Celle-ci ouvrirait la porte à la Homburg University qui confèrerait des grades de maîtrise en immobilier. Une telle institution ne servirait pas le public, mais son propriétaire, le développeur immobilier Richard Homburg. »

« Au fil des ans, l’UPEI a réussi à mettre en place de nouveaux programmes et domaines d’étude pour répondre aux besoins changeants du monde du travail. Le modèle actuel d’éducation universitaire publique à l’Île-du-Prince-Édouard convient parfaitement aux Prince-Édouardiens. »

« Récemment, Lansbridge University, un établissement universitaire virtuel qu’exploitaient des intérêts privés, a perdu son accréditation au Nouveau-Brunswick; puisqu’il s’agissait d’une entreprise privée, les étudiants ont perdu leur argent et leur session », a conclu M. Murray.