Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.


Consœurs et confrères,

Le SCFP se réjouit que le Canada se soit joint à la majorité des autres nations pour ratifier la Convention des Nations Unies (ONU) sur les droits des personnes ayant un handicap. Cette première convention du 21e siècle pour les Nations Unies, dont le texte a été adopté en décembre 2006, a été ouverte à la signature le 30 mars 2007. Le Canada l’a finalement ratifiée, en mars de cette année!

Le traité de la Convention définit un cadre audacieux des droits de la personne, afin de remédier à l’exclusion et à l’isolement dont souffrent les personnes ayant un handicap, au Canada et dans toutes les sociétés.

Les principes directeurs de la Convention sont :

  1. Le respect de la dignité intrinsèque, de l’autonomie individuelle, y compris la liberté de faire ses propres choix, et de l’indépendance des personnes
  2. La non-discrimination
  3. La participation et l’inclusion pleines et effectives à la société
  4. Le respect de la différence et l’acceptation des personnes ayant un handicap comme faisant partie de la diversité humaine et de l’humanité
  5. L’égalité des chances
  6.  L’accessibilité
  7. L’égalité entre les hommes et les femmes
  8. Le respect du développement des capacités de l’enfant ayant un handicap et le respect du droit des enfants ayant un handicap à préserver leur identité


La Convention formule un modèle social de ce qu’est un handicap, qu’elle définit comme « des incapacités physiques, mentales, intellectuelles ou sensorielles durables dont l’interaction avec diverses barrières peut faire obstacle à leur pleine et effective participation à la société, sur la base de l’égalité avec les autres ».

La prévention de la discrimination inclut le droit, pour les personnes ayant un handicap, à une vie autonome et le droit de participer pleinement à la vie sous tous ses aspects; le droit à l’éducation, c’est-à-dire la garantie d’une éducation inclusive, à tous les niveaux et sans égard à leur âge; le droit à la santé, qui implique le droit de participer intégralement à la vie communautaire, politique et publique, à la vie culturelle, aux loisirs et aux sports, de même que le droit au vote secret lors des élections et des référendums publics.

Il est essentiel que le SCFP, le mouvement syndical et nos partenaires de justice sociale qui travaillent en particulier avec des personnes qui ont un handicap se concertent pour veiller à ce que le gouvernement canadien tienne son nouvel engagement.

Le SCFP doit de plus adopter les principes de la Convention et mettre tout en œuvre pour éliminer la discrimination envers les travailleurs ayant un handicap dans chaque instance du syndicat. Le SCFP s’engage à coopérer avec le Groupe de travail national des personnes ayant un handicap pour guider ses actions.

Les sections locales, les conseillers et les divisions peuvent collaborer avec les membres ayant un handicap pour faire en sorte que les réunions, les ateliers et les autres activités du SCFP soient accessibles et non discriminatoires. Vérifiez, à l’aide de la trousse Négocier l’égalité, que les clauses de votre convention collective protègent les personnes ayant un handicap contre la discrimination. Examinez ce que vous et votre section locale pourriez offrir de plus constructif et de plus pertinent (ressources, renforcement des capacités) afin de souligner cette journée et, surtout, de soutenir tout au long de l’année les membres qui ont un handicap.

Faites part à egalite@scfp.ca des actions auxquelles vous et votre section locale participerez pour souligner cette journée importante – le 3 décembre, Journée internationale des personnes ayant un handicap.
  

Nous vous prions d’accepter nos salutations solidaires.

Le président national,
PAUL MOIST

Le secrétaire-trésorier national,
CLAUDE GÉNÉREUX

Comment pouvons-nous travailler pour réduire la pauvreté des personnes ayant un handicap au Canada?

Les organisations pour les droits des personnes ayant un handicap et anti-pauvreté ont formé un partenariat pour demander au gouvernement fédéral de prendre trois mesures concrètes :

  1. Un programme de revenu de base pour les Canadiennes et les Canadiens ayant un handicap sévère, fondé sur le modèle du Supplément de revenu garanti établi depuis longtemps pour les aînés à bas revenus.
  2. Rendre le crédit d’impôt en raison d’un handicap remboursable, accroître le dédommagement pour les coûts excédentaires d’un handicap pour les gens à très faibles revenus ayant un handicap.
  3. Réinvestir les épargnes et travailler avec les gouvernements provinciaux et territoriaux pour créer un système complet de soutien de revenu et de services.


Pour en savoir plus :

  • Visitez la page web Handicap sur scfp.ca