Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.


Des délégués du SCFP participeront à la Conférence sur les changements climatiques des Nations Unies, qui aura lieu à Cancun, au Mexique, du 29 novembre au 10 décembre 2010. En préparation de la conférence, le SCFP a rédigé une fiche d’information sur ses propositions et exigences et sur les raisons pour lesquelles la présence du SCFP est importante.

Les propositions et revendications principales du SCFP à Cancun

Au SCFP, nous adhérons aux positions et revendications du Congrès du travail du Canada (CTC), de la Confédération syndicale internationale (CSI), et de l’Internationale des services publics (ISP), ayant été impliqués dans leur élaboration.


Nous adhérons aux objectifs globaux pour la réduction des gaz à effet de serre (GES) :

  • Stabiliser le climat en n’excédent pas 2 degrés Celsius de réchauffement.
  • Atteindre l’objectif d’une réduction de 85 per cent des niveaux de GES en 2050, comparativement aux niveaux de 1990.
  • Établir des mécanismes pour assurer que les cibles soient contraignantes et que les États respectent leurs engagements.
  • Assurer une équité entre les pays pauvres et les pays riches, pour que ces derniers fassent leur juste part d’efforts.


Nous demandons également des actions précises de notre propre gouvernement au Canada :

  • Démontrer de la bonne foi et faire partie de la solution, plutôt que de faire partie du problème. Le Canada doit adhérer aux objectifs internationaux et cesser son obstruction.
  • Respecter la volonté de la majorité des Canadiens (et de la majorité des députés canadiens) qui veulent l’adoption de cibles et d’actions concrètes pour s’attaquer au GES.
  • Renforcer et développer les modes de production énergétiques propres, sous propriété, contrôle et livraison publiques.
  • Éliminer graduellement les subventions publiques à l’industrie pétrolière, et investir dans des alternatives vertes.
  • Implanter des mesures incitatives pour développer des milieux de travail et des industries plus sensibles aux questions touchant l’environnement et les changements climatiques.
  • Investir dans des programmes de juste transition et de formation pour les travailleurs affectés, de sorte à préserver et créer des emplois dans la nouvelle économie verte.


Pourquoi est-il important pour notre syndicat d’être présent ici, à une conférence sur les changements climatiques?

  • La majorité des Canadiens reconnaissent le problème des changements climatiques et veulent des actions vigoureuses – tant à l’intérieur du pays qu’internationalement – pour s’y attaquer. Malheureusement, le gouvernement actuel du Canada ne représente pas la volonté d’une majorité de la population. Le gouvernement conservateur minoritaire du Canada doit changer radicalement de direction. Nous sommes ici pour contribuer à cet objectif.
  • Le Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP) représente plus de 600 000 travailleurs au Canada, notamment dans les domaines des services municipaux, de l’énergie, de la santé et du transport.
  • Nos membres sont des travailleurs. Mais ils sont aussi des citoyens du monde. Protéger la planète des changements climatiques irréversibles et de la dégradation environnementale fait partie de notre travail comme syndicat.
  • En tant que le plus grand syndicat au Canada, nous croyons qu’il est aussi de notre responsabilité de faire pression sur notre propre gouvernement fédéral canadien, afin que celui-ci fasse ce qui est nécessaire – tant domestiquement qu’internationalement – pour s’attaquer de bonne foi au problème des changements climatiques.
  • En tant que promoteur de l’intérêt et des services publics, nous voulons proposer une vision large des enjeux touchant notre société. L’environnement, l’énergie, les services locaux, l’eau et la santé sont tous intimement liés.

En travaillant avec les gouvernements, la société civile et les employeurs, le SCFP croit que les syndicats peuvent jouer un rôle positif pour développer des milieux de travail et de production plus verts.