Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.

Le SCFP rencontre le ministre provincial du Commerce dans le dossier de l’entente commerciale Canada/UE

  

ST. JOHN’S, T.-N.-L.– Le président du SCFP Terre-Neuve-et-Labrador, Wayne Lucas, a rencontré aujourd’hui le ministre de l’Innovation, du commerce et du développement rural, Shawn Skinner, afin de discuter de la proposition d’Accord économique et commercial global (AECG) entre le Canada et l‘Union européenne.

« L’entente commerciale proposée entre le Canada et l’Union européenne a d’importantes implications pour notre province. Je suis satisfait de la rencontre d’aujourd’hui avec le ministre Skinner, elle a été très constructive », selon M. Lucas.

« Nous avons fait connaître au ministre les préoccupations du SCFP dans un éventail de domaines. Par exemple, nous sommes très préoccupés par les demandes européennes concernant l’imposition de limites au recours, par les gouvernements locaux et provinciaux, à l’achat local pour soutenir les emplois et les entreprises de nos collectivités. Ces demandes européennes pourraient s’avérer très nuisibles pour la création d’emplois et les services publics », a ajouté M. Lucas.

Parmi les autres enjeux abordés lors de cette rencontre, notons les droits des investisseurs, les brevets pharmaceutiques et les pêches.
 
Il semble que l’AECG accordera aux compagnies européennes  les mêmes droits dont profitent actuellement les entreprises américaines et mexicaines en vertu de l’ALÉNA, comme le droit de poursuivre les gouvernements en raison des politiques publiques qu’ils adoptent. Cette capacité accordée par l’ALÉNA a occasionnée d’importantes difficultés à la province de Terre-Neuve-et-Labrador qui a été poursuivie par Abitibi-Bowater.

« Pourquoi voudrions-nous ouvrir la porte à de nouvelles poursuites judiciaires ? Ces prétendus droits des investisseurs n’ont pas grand-chose à voir avec le commerce, mais tout à voir avec une limitation de la capacité de gouvernements démocratiquement élus de contrôler les ressources et d’adopter les politiques publiques qu’ils souhaitent », a souligné M. Lucas.

Wayne Lucas dit avoir été encouragé par cette discussion ouverte et franche avec le ministre Skinner au sujet de divers aspects de l’AECG qui préoccupent les résidents de Terre-Neuve-et-Labrador.