Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.

CALGARY – La majeure partie d’un projet visant à sabrer radicalement dans le financement du système des bibliothèques publiques de Calgary a été abandonné lorsque les travailleuses et travailleurs des bibliothèques ont riposté pour protéger leurs services.

En septembre, le système des bibliothèques publiques de Calgary a reçu l’ordre de retrancher 2,8 millions de dollars de son budget annuel.  Les compressions auraient entraîné une réduction radicale des heures de service et la fin d’un projet de succursale de plusieurs millions de dollars prévue pour 2011.

« Cette mesure aurait eu des répercussions négatives immédiates sur les emplois des travailleuses et travailleurs des bibliothèques, a affirmé Rh’ena Oake, présidente de la section locale 1169 du SCFPLes effets pour nos clients auraient été marqués et très graves. »

Mme Oake a souligné que la bibliothèque publique de Calgary est la deuxième plus occupée au Canada, après celle de Toronto; pourtant, question financement, elle se retrouve au 21e rang.

La section locale 1169 a lancé une vigoureuse campagne, avec publicités à la radio, lettres aux journaux et interventions dans les médias sociaux pour sensibiliser la population aux méfaits de la réduction des services publics.

Résultat : Rh’ena Oake a reçu confirmation que, compte tenu de l’immense opposition manifestée contre les compressions, celles-ci ont été réduites à des niveaux mineurs qui n’auront que peu d’effets sur les services et le personnel.

« Il s’agit d’une victoire pour les travailleuses et travailleurs des bibliothèques et pour nos communautés, a déclaré Mme Oake.  L’appui qu’a reçu notre section locale a été encourageant et il montre bien le pouvoir de la collaboration au sein du mouvement syndical. »