Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.


Des centaines de Canadiens de tout le pays se sont rassemblés aujourd’hui pour protester contre un projet d’accord de commerce qui menacerait nos travailleurs, nos Premières nations, notre démocratie municipale et nos services publics.

Plus de 200 personnes ont participé à la manifestation pour protester contre l’Accord économique et commercial global (AECG) entre le Canada et l’Union européenne. Les négociations se déroulent à Ottawa aujourd’hui et l’UE fait pression pour obtenir un accès sans réserve aux achats et aux marchés publics des municipalités, des organismes municipaux, des conseils scolaires et des entités d’enseignement, de santé et de services sociaux dont le financement est public.

Daniel Légère, qui a pris la parole au rassemblement au nom du SCFP, a juré de tout faire pour empêcher la signature de cette entente inadéquate.

« Cet accord menace les services publics, menace la souveraineté municipale et menace d’accorder aux sociétés internationales de nouveaux droits qui serviront à contourner les décisions d’administrations élues », a déclaré Daniel Légère, président du SCFP-Nouveau-Brunswick.

En collaboration avec le Conseil des Canadiens, d’autres syndicats, des organisations des Premières nations et le Réseau pour le commerce juste, le SCFP continuera de lutter pour que la propriété et la gestion des services publics soient assurées par des administrations élues et sans but lucratif.

Il n’y a pas de place pour des accords de commerce qui nous empêchent de conserver le caractère public de nos services et de nos infrastructures et de réinvestir nos impôts dans nos collectivités.