Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.


Sans contrat de travail depuis plus de quatre ans, les cols blancs de Saint-Bruno-de-Montarville veulent que les négociations aboutissent au plus vite. C’est le message qu’ils lanceront lundi soir prochain, 18 octobre, à 18 h 30 devant l’hôtel de ville.

Selon eux, une entente est à portée de main : il suffit que la Ville accepte pour l’instant de laisser leur régime de retraite dans le regroupement des Villes défusionnées de Longueuil (Boucherville, Brossard, Longueuil, Saint-Bruno-de-Montarville et Saint-Lambert).

« Depuis un an, notre syndicat a renouvelé les conventions collectives des cols blancs de Longueuil et de Saint-Lambert, en plus d’obtenir des ententes de principe pour ceux de Brossard et de Boucherville. Aucune de ces municipalités n’a imposé le rapatriement du régime de retraite sous sa propre juridiction. Nous proposons donc pour Saint-Bruno une lettre d’entente qui permettra d’évaluer clairement le pour et le contre d’un tel rapatriement. Ainsi, nous pourrions enfin conclure la négociation », a déclaré Daniel Duval, président du SCFP 306.

Cette nouvelle manifestation s’inscrit dans une montée graduelle des moyens de pression. Le 20 septembre dernier, les cols blancs ont manifesté une première fois.Puis, en assemblée générale une semaine plus tard, le 27 septembre, ils ont voté à 87 pour cent en faveur d’une grève de 48 heures, à déclencher au moment jugé opportun.

Les quelque 75 cols blancs de Saint-Bruno-de-Montarville sont membres de la section locale 306 du Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP). Ils sont au service des citoyens à titre de bibliothécaires, préposés aux prêts, commis à l’administration, inspecteurs en bâtiment, préposés aux loisirs, préposés au service à la clientèle, secrétaires et techniciens.

Le SCFP représente environ 70 pour cent de l’ensemble des employés municipaux au Québec. En plus du secteur municipal, le SCFP est présent dans dix autres secteurs d’activité au Québec, dont la santé et les services sociaux, l›éducation, les transports urbain et aérien, l›énergie, les sociétés d›État et organismes publics québécois et les communications. Comptant au total près de 105 000 membres au Québec, il est le plus important syndicat affilié de la FTQ.