Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.


Terrebonne, QCRéunis le 7 octobre en assemblée générale, les cols blancs de Terrebonne, membres du SCFP, ont accordé un fort mandat de grève à leur comité de négociation. En effet, 85 pour cent des salariés ont voté en faveur d’une résolution prévoyant le recours aux moyens de pression, pouvant aller jusqu’à la grève générale illimitée, au moment jugé opportun.

Les syndiqués sont sans contrat de travail depuis bientôt trois ans maintenant. Après une trentaine de séances de négociation, il ne reste plus qu’un seul point en litige : l’introduction d’une nouvelle structure salariale.

« Tout est réglé, souligne Louise Léger, présidente de la section locale 2326. Nous sommes sur le point de nous entendre, mais un dernier détail achoppe toujours. C’est dommage car notre proposition sur la nouvelle classification des fonctions est très raisonnable et équitable par rapport aux autres employés de la municipalité. »

La Ville prétend que l’acceptation de la nouvelle structure proposée serait injuste pour les autres salariés. Le syndicat souligne plutôt que d’autres groupes ont obtenu, en plus des hausses salariales normales, soit des ajustements salariaux, soit la création de nouveaux postes ce qui a aussi modifié leur structure salariale. Des gestes qui reviennent exactement au même selon le SCFP 2326. De plus, le syndicat a récemment tenté de dénouer l’impasse en proposant de financer à même ses propres augmentations salariales une bonne partie des coûts de la nouvelle structure.

« S’il s’y penche sérieusement, le conseil municipal verra bien qu’il s’agit d’une position de compromis fort acceptable pour tout le monde », de conclure la présidente.

Le SCFP représente environ 70 pour cent de l’ensemble des employés municipaux au Québec. En plus du secteur municipal, le SCFP est présent dans dix autres secteurs d’activités au Québec, entre autres, la santé et les services sociaux, l’éducation, les transports urbain et aérien, l’énergie, les sociétés d’État et organismes publics québécois et les communications. Comptant au total près de 105 000 membres au Québec, il est le plus important syndicat affilié de la FTQ.