Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.


Les membres qui travaillent dans le municipal, l’éducation primaire-secondaire et les bibliothèques ont fait l’objet d’une fructueuse réunion des présidents, ici même, le 24 septembre dernier.

Dans l’esprit de la tradition prévalant dans le sud-est de la province, le personnel régional de la C.-B. s’est joint aux présidents des sections locales à la veille de l’assemblée générale annuelle du Conseil de district de Kootenay pour parler de divers enjeux touchant les membres.

Pour le groupe des écoles primaires et secondaires, les questions des négociations et de la maternelle à plein temps ont dominé la séance. « Les gens s’inquiètent du mandat zéro du gouvernement, qui ne correspond pas aux besoins de leurs membres, explique Bill Pegler, coordonnateur de ce groupe pour le SCFP-C.-B.; ils craignent aussi pour la sécurité d’emploi. »

Il ajoute que, bien que la maternelle à plein temps fasse consensus, les résultats sont mitigés : « Les districts sont mal équipés pour dispenser la maternelle fondée sur le jeu à plein temps; les enfants ne reçoivent pas tout le soutien dont ils ont besoin. »

Pour le groupe des bibliothèques, la rencontre de vendredi a révélé un manque de communication entre les sections locales. « Les gens ont constaté le besoin d’un groupe informel qui participerait aux téléconférences ou aux échanges de courriels pour partager son point de vue », affirme Jeff Lawson, coordonnateur de ce groupe pour le SCFP-C.-B.

Les membres de ce groupe ont parlé des enjeux qui touchent leur secteur, dont l’auto-inscription des livres et son impact sur la clientèle et le personnel, la commandite de fonctions communautaires pour accroître la visibilité des travailleurs des bibliothèques, ainsi que la promotion de l’alphabétisme, l’un des objectifs du SCFP.

Dans le groupe municipal, la question de l’heure concerne la manière dont l’employeur a pris en charge les ajustements salariaux sur le marché. « Dans certains cas, soutient Joe Badali, coordonnateur de ce groupe pour le SCFP-C.-B., l’employeur court-circuite le syndicat pour négocier directement avec les employés et ainsi obtenir des ententes de principe qui lui permettent de fixer des ajustements de marché pour les corps de métier et les mécaniciens, par exemple. »

Heather Inglis, coordonnatrice de Communautés fortes au SCFP-B.C., a partagé devant ces trois groupes certaines initiatives du SCFP-C.-B. quant aux communications intermembres. « C’est encourageant de voir que, après les discussions d’aujourd’hui, deux sections souhaitent déjà dresser des plans d’action communs », affirme-t-elle.

À l’AGA du Conseil de district de Kootenay, le samedi matin, Mme Inglis a remis des bulletins aux présidents du SCFP dont les s.l. avaient des candidats qu’appuyait le syndicat. Les s.l. utiliseront ces bulletins pour étudier le rendement de ces candidats élus il y a trois ans, afin d’alimenter le processus de sélection pour 2011.

En guise de conclusion de la séance, Connie Credico, représentante du SCFP en éducation, a offert au groupe un atelier captivant sur la taxation et les attitudes à son égard.

Le secrétaire-trésorier du SCFP-C.-B. Mark Hancock, en ville pour l’AGA du 25 septembre, a également assisté à la table ronde du vendredi soir, où les présidents des sections locales ont soulevé un problème récurrent pour chaque secteur, avant d’inviter l’assistance à partager ses idées et chercher des solutions.