Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.


Investissement Canada est un « géant de papier » et il faut de toute urgence resserrer le contrôle de la propriété par des intérêts étrangers, affirme le syndicat

OTTAWA– Le Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP) ajoute son nom à une liste grandissante de groupes et d’individus qui s’opposent à la prise de contrôle de la Société de la potasse de la Saskatchewan par des intérêts étrangers.

« Nous incitons Ottawa à rejeter la prise de contrôle hostile de PotashCorp par BHP Billiton parce qu’elle n’est dans l’intérêt ni de la population de la Saskatchewan, ni de l’ensemble des Canadiens », déclare Paul Moist, président national du SCFP.

« Les décisions concernant l’avenir de nos industries primaires doivent être prises au Canada, par des Canadiens et au profit de tous les Canadiens, poursuit M. Moist, et non ailleurs dans le monde où les intérêts locaux ne seront pas pris en compte. »

Entretemps, le plus grand syndicat du Canada invite aussi le gouvernement Harper à adopter des mesures de contrôle plus strictes de la propriété étrangère.  « Investissement Canada doit fonctionner de manière plus transparente afin d’assurer le respect de l’intérêt public », insiste Paul Moist.

« Il faut notamment tenir des audiences publiques et exiger que toutes les conditions de la vente d’une entreprise canadienne à une entité étrangère soient rendues publiques avant de prendre une décision. »

Paul Moist précise que c’est la seule façon de veiller à ce que la propriété étrangère ait des répercussions positives pour les économies locales, que les droits des travailleurs soient respectés et que l’environnement soit protégé.

« À l’heure actuelle, Investissement Canada n’est qu’un géant de papier. En vingt-cinq ans, l’organisme n’a rejeté qu’une seule prise de contrôle par des intérêts étrangers, pendant qu’il en approuvait 13 500 autres avec bien peu de questionnements. Le gouvernement Harper doit immédiatement mettre en œuvre des règles plus sévères et une plus grande transparence afin de protéger les ressources et l’intérêt du Canada. »
  

Pour en savoir plus :

Pierre Ducasse
Service des communications du SCFP
Tél. : 819-209-2675