Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.

Des lobbyistes se mobilisent pour sauver le registre des armes à feu

Les députés fédéraux se préparent à voter sur un projet de loi visant à démanteler le Registre canadien des armes à feu le 22 septembre. Cet outil essentiel contribue à assurer la sécurité de nos collectivités et à sauver des vies. Le CTC a organisé une campagne de lobbying des députés fédéraux, et les lobbyistes du SCFP et du CTC se mobilisent pour passer à l’action au cours de la prochaine semaine. Les lobbyistes demanderont à rencontrer les députés à leur bureau de circonscription et communiqueront avec le plus grand nombre de membres du SCFP possible pour solliciter leur appui. On demande aux membres du SCFP de communiquer – par téléphone, par la poste ou par courriel – à leur propre député(e) fédéral(e) ainsi qu’aux 20 député(e)s dont la liste est fournie à : http://scfp.ca/action-politique/des-lobbyistes-se-mobilisent-pour.

75 % des Britanno-Colombiens et 66% des Albertains appuient une hausse des prestations du RPC

Les Britanno-Colombiens appuient fermement une hausse des prestations du Régime de pensions du Canada (RPC) pour les retraités, selon un récent sondage d’opinion réalisé pour le compte du Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP). Trois répondants sur quatre appuieraient les gouvernements fédéral et provincial s’ils augmentaient les prestations du RPC. Seuls 20 pour cent s’y opposeraient, alors que quatre pour cent ne savent pas. Viewpoints Research Ltd. a réalisé le sondage auprès de 1 001 résidents de la C.-B. entre le 17 et le 24 août. La marge d’erreur est de +/-3,1 pour cent. Le 15 septembre, Barry O’Neill, président du SCFP-C.-B., a rencontré le ministre des Finances Colin Hansen pour lui faire part des résultats de ce sondage.

Le gouvernement Stelmach s’oppose à la bonification du Régime de pensions du Canada (RPC) pour les retraités. Pourtant, une grande majorité d’Albertains appuieraient une hausse du RPC, selon un sondage réalisé pour le SCFP. À ce jour, l’Alberta est la province la plus fortement opposée à cette option. Environ 66 pour cent des Albertains appuieraient les gouvernements fédéral et provincial s’ils augmentaient les prestations du RPC. Seuls 19 pour cent s’y opposeraient; 15 pour cent ne savent pas. Environics Research Group a réalisé le sondage auprès de 931 Albertains entre le 12 et le 24 août.

L’assurance-médicaments universelle permettrait d’économiser des milliards

Le 13 septembre, La Coalition canadienne de la santé a écrit une lettre ouverte au premier ministre Stephen Harper pour l’inviter à cesser de tergiverser et à collaborer avec les gouvernements provinciaux et territoriaux à l’instauration d’un programme universel public d’assurance-médicaments. Paul Moist invite les ministres fédéral et provinciaux de la Santé à faire face au problème. Les hommes politiques ont tenu deux jours de réunion à St. John’s le 13 au 14 septembre.

Selon un nouveau rapport du professeur Marc-André Gagnon, intitulé Argumentaire économique pour un régime universel d’assurance-médicaments, des politiques bien conçues pourraient créer des économies se situant entre dix et quarante pour cent des dépenses totales consacrées aux médicaments, grâce notamment aux économies d’échelle, aux achats en vrac, à la négociation des prix et à la révision des médicaments pour permettre plus de produits génériques, éliminer les dédoublements et réduire les coûts administratifs liés aux régimes tant public que privé. En tout, on pourrait économiser entre 4,5 et 10,7 milliards de dollars. Lisez le rapport du professeur Gagnon, publié par le Centre canadien des politiques alternatives à : http://scfp.ca/assurance-medicaments/des-milliards-a-economiser-grace-a.

Un tribunal militaire israélien condamne Abdallah Abu Rahmah

Le 14 septembre, une lettre écrite par Paul Moist à été envoyé au Premier ministre Stephen Harper, afin d’exiger que le gouvernement israélien prenne les mesures nécessaires afin d’assurer la libération immédiate de Abdallah Abu Rahmah, leader du « Comité populaire contre le mur » à Bil’in. Le 24 août, un tribunal militaire israélien a condamné Abdallah pour avoir organisé une « manifestation illégale contre le mur de séparation israélien dans le village cisjordanien de Bil’in et pour “incitation” ». Abdallah, détenu depuis le 10 décembre 2009, pourrait être condamné à 10 années de prison.

Ce qui est ironique dans l’arrestation d’Abdallah, c’est qu’il a été trouvé coupable d’avoir organisé des manifestations « illégales » contre un mur qui a lui-même été jugé illégal, en 2004, par la Cour internationale de Justice, la plus haute cour du monde. La Cour a aussi jugé illégale la colonie juive de Mod’in Ilit sur le territoire municipal de Bil’in. Le village de Bil’in et ses 1 800 résidents ont subi l’assaut des canons à eau, des balles de métal recouvertes de caoutchouc, des gaz lacrymogènes et de vraies balles des Israéliens. Soixante-quinze résidents ont été arrêtés et, maintenant, leur leader est emprisonné.

Une rencontre mondiale en Colombie prône les services publics

Les représentants du SCFP se sont joints à des centaines de militants des Amériques rattachés aux métiers du secteur public pour la conférence régionale de l’Internationale des services publics (ISP) qui se tenait à Carthagène (Colombie), du 7 au 12 septembre 2010. Les discussions ont porté essentiellement sur l’eau, l’assainissement, l’énergie, la santé et l’éducation. Les participants ont travaillé à un plan d’action commun pour défendre et promouvoir les services publics de qualité. Les participants à la conférence ont adopté un plan d’action exhaustif pour les trois prochaines années.

Claude Généreux, secrétaire-trésorier national, menait la délégation du SCFP qui se composait aussi de Yolanda McClean, vice-présidente à la diversité; Sinda Cathcart, président de la section locale 3967 en Saskatchewan; Kelti Cameron, agente de recherche pour les municipalités; et Rhonda Spence, agente internationale.

Lors d’un atelier sur les changements climatiques, M. Généreux a présenté les efforts du SCFP pour diminuer son empreinte carbonique. Rhonda Spence s’est rendue à Bogotá pour parler d’eau et d’assainissement dans un congrès soutenu par le plus grand syndicat des travailleurs de l’eau de la Colombie.

Les 500 chauffeurs d’autobus de Laval joignent le SCFP

Le 13 septembre, au terme d’un scrutin secret qui a duré toute la journée, les membres du syndicat des chauffeurs d’autobus de la Société de transport de Laval (STL) ont très largement choisi le SCFP. Le vote en faveur du SCFP a été sans équivoque, 446 des 497 syndiqués se sont exprimés, 396 membres ont appuyé le SCFP, soit 88,5 pour cent du total des membres.

Les chauffeurs d’autobus de la STL rejoignent ainsi l’ensemble de leurs collègues de la grande région métropolitaine, comme ceux de la Société de transport de Montréal (STM) et ceux du Réseau de transport de Longueuil (RTL) tous affiliés au SCFP. Il s’agit d’un tournant majeur pour les chauffeurs de la STL qui étaient membres de la Confédération des syndicats nationaux (CSN) depuis 42 ans. Avec l’ajout des chauffeurs de Laval, le SCFP représente plus de 6 000 membres dans le transport urbain au Québec.

Le rapport de conciliation n’adresse pas la question des heures de travail

La section locale 2745 du SCFP qui représente
3 300 membres du personnel de soutien à l›éducation est déçue de constater que le rapport de la commission de conciliation, diffusé cette semaine, ne mentionne pas la question des heures de travail pour ses membres. Les membres passeront à la grève du zèle et tiendront des piquets d’information à l’extérieur des heures de travail tant et aussi longtemps que le premier ministre ne respectera pas ses engagements envers le personnel de soutien à l›éducation.

« Notre mandat demeure le même : la mise en œuvre du rapport MacKay sur l’inclusion scolaire qui recommande des heures à temps plein pour le personnel de soutien à l›éducation », a expliqué Sandy Harding, présidente de la section locale 2745 du SCFP. Le rapport MacKay est un plaidoyer pour le personnel de soutien à temps plein (36 h 15 min) afin d’avoir un vrai système d’éducation inclusif. Le rapport indépendant reconnaît que les aides-enseignantes sont les dispensatrices de services primaires pour plusieurs des services quotidiens aux élèves et il souligne que le nombre limité d’heures les empêche d’être totalement incluses comme participantes à temps plein dans l’équipe éducative.

Accord de principe pour les cols bleus d’Aurora, membres de la section locale 905

Le 17 septembre, les cols bleus de la Ville d’Aurora, membres de la section locale 905 du SCFP, ont conclu un accord de principe avec la Ville, évitant ainsi la grève. Les détails de l’accord seront connus au moment de la ratification, d’ici une semaine.  L’enjeu clé était l’équité salariale avec d’autres travailleurs similaires des municipalités de la région de York.

Ratification du contrat de travail des employés municipaux de Quesnel

Le 14 septembre, le maire de Quesnel et son conseil ont ratifié le contrat de trois ans des employés municipaux de Quesnel, membres de la section locale 1050 du SCFP. Le SCFP 1050 représente 114 travailleurs municipaux de Quesnel, en Colombie-Britannique. Ceux-ci s’occupent de la cueillette des ordures, des services d’aqueduc et d’égout, ainsi que des services liés à l’aréna, aux terrains municipaux et au bureau du district. Le contrat de trois ans prévoit une prime de 1 000 $ en guise de rétroaction pour 2010, 1,5 pour cent la deuxième année et deux pour cent la troisième année, ainsi que des améliorations aux avantages sociaux.

Portrait d’action politique : Sandy Harding se porte candidate pour le NPD au Nouveau-Brunswick

La vice-présidente du SCFP-N.-B. Sandy Harding se porte candidate pour le NPD à l’élection provinciale dans la circonscription de Saint-Jean-Est au Nouveau-Brunswick. Comme militante du SCFP, Sandy Harding, s’est souvent retrouvée sur les marches de l’Assemblée législative du Nouveau-Brunswick pour revendiquer de meilleures conditions de travail au nom du personnel de soutien des écoles de la province. Aujourd’hui, elle croit que le moment est venu de siéger à l’Assemblée législative afin de réitérer les mêmes revendications, cette fois pour le bénéfice de l’ensemble des résidents du Nouveau-Brunswick. Sandy Harding est depuis longtemps une voix infatigable du syndicat et du milieu de l’éducation, à titre de présidente provinciale de la section locale 2745, de vice-présidente du SCFP Nouveau-Brunswick et de membre du Conseil exécutif national du SCFP.

Pour en savoir plus, visitez le site web Sandy Harding NDP (en anglais) : www.sandyhardingndp.com.
Suivez Sandy Harding for Saint John East sur Facebook (en anglais) : http://www.facebook.com/pages/Sandy-Harding-for-Saint-John-East/240681809201?ref=ts.

Les négociations piétinent à TVA Publications, le syndicat demande au ministre du Travail de nommer un conciliateur

Au Québec, les conseillers publicitaires, membres de la section locale 687 du SCFP, sont en négociation pour la conclusion d’une première convention collective avec TVA Publications. Mais comme les négociations avec TVA Publications piétinent, les membres du syndicat  demandent à la ministre du Travail de nommer un conciliateur dans ce dossier. Les pourparlers avec la partie patronale se sont amorcés en mai dernier avec le dépôt des demandes syndicales. Depuis ce temps, les rencontres prévues entre les parties n’ont pas eu lieu. Lors d’une rencontre prévue pour le 14 septembre, l’employeur a fait savoir qu’il n’était toujours pas prêt à répondre aux propositions syndicales. Les conseillers publicitaires engagés dans cette négociation, ils sont environ 12, font partie de la même section locale que les 800 employés de TVA-Montréal (section locale 687).

  

rks/sepb 491