Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.

Les représentants du SCFP se sont joints à des centaines de militants des Amériques rattachés aux métiers du secteur public pour la conférence régionale de l’Internationale des services publics (ISP) qui se tenait à Carthagène (Colombie), du 7 au 12 septembre 2010. Les discussions ont porté essentiellement sur l’eau, l’assainissement, l’énergie, la santé et l’éducation. Les participants ont travaillé à un plan d’action commun pour défendre et promouvoir les services publics de qualité.

Cette rencontre de militants syndicaux de tous les pays américains envoie un message clair au gouvernement colombien frais élu : il doit faire cesser la répression et la violence envers les syndicalistes colombiens et poursuivre les fautifs.

Claude Généreux, secrétaire-trésorier national, menait la délégation du SCFP qui se composait aussi de Yolanda McClean, vice-présidente à la diversité; Sinda Cathcart, président de la s.l. 3967 en Saskatchewan; Kelti Cameron, agente de recherche pour les municipalités; et Rhonda Spence, agente internationale.

Lors d’un atelier sur les changements climatiques, M. Généreux a présenté les efforts du SCFP pour diminuer son empreinte carbonique. Rhonda Spence s’est rendue à Bogota pour parler d’eau et d’assainissement dans un congrès soutenu par le plus grand syndicat des travailleurs de l’eau de la Colombie.

Cette rencontre palpitante a connu plusieurs moments forts, dont une allocution émouvante de Dukens Raphael de la Confédération des travailleurs des secteurs public et privé d’Haïti, ainsi qu’un rapport résolu et enthousiaste issu de l’atelier sur les LGBT.

« C’est inspirant de rencontrer nos frères et sœurs de toutes les Amériques, a déclaré Sinda Cathcart de la s.l. 3967 (Saskatchewan). Nous avons besoin d’une vision commune, puisque nous affrontons les mêmes enjeux. Devant les dangers auxquels font face les syndicalistes dans plusieurs pays, le commentaire suivant m’a frappée : l’espoir est une vertu fondamentale de la démocratie; sans espoir, il n’y a pas de démocratie. »

« Cette conférence affichait la plus forte participation féminine jamais vue, soutient Yolanda McClean. Nos sœurs de tous les pays partagent les mêmes inquiétudes : le manque de soins aux enfants, la précarisation de l’emploi, l’équité salariale et la violence conjugale. Partout, les femmes racialisées et nos sœurs autochtones sont encore plus marginalisées. »

Les participants à la conférence ont adopté un plan d’action exhaustif pour les trois prochaines années. Les représentants du SCFP en sont ressortis plus engagés que jamais dans la campagne mondiale en faveur des services publics de qualité.