Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.


Quand Joel Bently, qui a toujours habité Windsor, a vu sa communauté déchirée par un maire et un conseil municipal déterminés d’attaquer les travailleurs, il aurait pu être en colère. Mais, plutôt, il a décidé de s’impliquer. À 35 ans, ce représentant syndical du SCFP décide de déposer son acte de candidature et de présenter une vision pour réparer le tissu social de Windsor.

Bentley propose sa candidature pour le district 1 de Windsor, visant à déloger le conseiller actuel, Drew Dilkens.

« Je souhaite que les gens discutent franchement de plusieurs sujets dont nous n’avons jamais eu l’occasion de discuter », a-t-il déclaré.

Depuis 2005, M. Bentley est conseiller national auprès de plusieurs sections locales à l’Université de Windsor, de quelques employés municipaux au Roseland Golf and Country Club et de quelques sections locales en service social et services de garde.

Avant de devenir conseiller national, il était président de la section locale 1001 du SCFP, qui représentait des employés de services alimentaires et d’entretien jardinier, de conservation, de maintenance et d’entretien domestique à l’Université de Windsor, où il a étudié.

Ironiquement, il s’était opposé à la syndicalisation lorsqu’il était jeune travailleur à temps partiel en alimentation, au début des années 90. Il avait refusé de signer sa carte lorsqu’on l’avait approché. « À l’accréditation, j’ai voté contre le syndicat », se souvient-il en ricanant.

Il a rapidement constaté l’impact positif des syndicats sur leurs membres et la collectivité, au point de devenir un partisan et un militant syndicaliste : « Les syndicats tiennent un rôle crucial en milieu de travail, mais aussi dans la communauté. » Il espère démontrer ce rôle par ses actions au cours de la campagne électorale municipale.

La communauté de Windsor connait des temps difficiles depuis quelques années. Ville-frontière dont le destin a toujours été lié à l’industrie automobile, Windsor affiche le taux de chômage le plus élevé au Canada. M. Bentley et de nombreux autres Windsorois ont regardé, horrifiés, le maire Eddie Francis et les membres du conseil se servir de la crise économique pour diviser travailleurs et collectivité, jusqu’à une grève amère entre la Ville et ses travailleurs, représentés par les sections locales 543 et 82 du SCFP.

« Le maire et ses partisans ont réussi à diviser la communauté, soutient M. Bentley. Nous avons besoin d’une personne réfléchie, prête à s’engager auprès de toute la communauté. L’un des problèmes que je constate sans cesse, c’est la mentalité de ‘solution unique’ prônée par le maire et ses partisans au conseil. Je crois qu’il faut demeurer ouvert à d’autres solutions et qu’il faut discuter franchement des problèmes. »

Parmi les idées qu’il présente aux électeurs, M. Bentley défend de nouveaux modèles de financement municipal : « La formule actuelle est fauchée. Nous avons besoin d’un modèle adéquat qui ne dépend pas autant de la taxe foncière. Le financement municipal est prisonnier des années 60 et 70, alors qu’il nous faut des modèles de financement dignes du 21e siècle. »

M. Bentley promet aussi d’améliorer les parcs et les centres communautaires du quartier, en plus de se pencher sur les questions de surpopulation, particulièrement à l’école publique Bellewood.

Joel Bentley et son épouse ont trois enfants de six, quatre et deux ans.
  

Que pouvez-vous faire?

Sans une équipe de soutien, difficile de remporter une élection. Tout candidat sera heureux qu’on l’aide : portez-vous bénévole. Vous pouvez faire du porte-à-porte ou des téléphones, parler de votre candidat à vos collègues de travail, rappeler à ceux-ci, à votre famille et à vos amis de voter, ou même installer un panneau devant votre maison. Enfin, toute contribution (venant d’un membre du SCFP) à la campagne d’un candidat est toujours appréciée.

Et n’oubliez pas de voter le 25 octobre!

  

Portraits d’action politique