Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.

Paul Moist demande à mettre en place une réforme des pensions

Les 13 premiers ministres provinciaux et territoriaux du Canada se sont réunis du 4 au
6 août à Winnipeg dans le cadre de la Rencontre estivale 2010 du Conseil de la fédération.  Juste avant la rencontre, le président national du SCFP, Paul Moist, a incité les premiers ministres à maintenir le cap sur la réforme des pensions.

« Depuis six mois, on constate des progrès sur la question de la réforme des régimes de retraite, affirme M. Moist.  Il faut maintenant que les provinces embarquent, qu’elles s’engagent à améliorer la retraite de millions de Canadiens qui n’épargnent pas assez pour leurs vieux jours. »

Le RPC constitue le revenu de retraite le plus sûr et fiable.  En ce moment, le retraité canadien moyen reçoit de ce régime 502,05 $ par mois.  Pour plusieurs, il s’agit de leur seul revenu de retraite.  C’est pourquoi le SCFP demande qu’on double progressivement les prestations en augmentant modérément les cotisations des employeurs et des employés.

« Doubler graduellement le RCP représente une augmentation modeste qui assurerait une couverture universelle à tous les travailleurs dans tous les secteurs », affirme M. Moist.


Le SCFP publie le rapport sur la solidarité internationale

Les membres du SCFP se tiennent debout aux côtés de leurs frères et sœurs du monde entier, d’Haïti aux Philippines, en passant par la Colombie et l’Afrique du Sud.  Nous, travailleurs et citoyens du monde, défendons les droits fondamentaux de l’homme, dont le droit à un abri, à de l’eau potable et à des soins de santé, sans oublier le droit de s’organiser.

Le rapport sur la solidarité internationale - 2009-2010 du SCFP met en lumière le rapport de ces luttes, et est disponible en ligne à : http://scfp.ca/justice-mondiale/rapport-sur-la-solidarit-internationale.


Entente de principe entérinée à TELUS

Les syndiqués de TELUS au Québec viennent de voter à 95,7 % en faveur de l’entente de principe intervenue le 18 juin dernier.  Au cours des quatre dernières semaines,
53,9 % des quelque 1 000 membres ont pris part au vote sur la Côte-Nord, en Gaspésie, en Beauce, dans la région de Québec, à Montréal et dans le Bas-Saint-Laurent.

« Notre parcours de négociation a été long et mouvementé, mais la persévérance de nos membres et de nos négociateurs a porté ses fruits.  Nous sommes très heureux d’avoir atteint nos objectifs et d’aborder l’automne avec un nouveau contrat de travail », a déclaré Diane Gagné, présidente du syndicat.


Entente adoptée à RNC Média

Réunis en assemblée générale le 27 juillet dernier, les membres du Syndicat des employés de RNC Média ont voté à 84 % en faveur de l’entente de principe conclue
le 29 juin.  La nouvelle convention collective, d’une durée de quatre ans, couvre la période du 1 juillet 2009 au 30 juin 2013.

Les clauses salariales négociées établissent un gel pour l’année 2009 et des augmentations de 1,5 % pour les années 2010 et 2011.  En 2012, la hausse sera de 2 % minimum et 2,5 % maximum, selon l’Indice des prix à la consommation (IPC) de Statistique Canada.  Mentionnons également que la clause de sécurité d’emploi a été améliorée pour permettre une répartition équitable des salariés protégés parmi les groupes d’emploi.


SCFP-C.-B. s’oppose à la présence des pétroliers d’Enbridge au large

Le SCFP, division Colombie-Britannique, s’est joint aux Premières Nations et aux groupes écologiques pour s’opposer au projet Northern Gateway d’Enbridge – un projet qui impliquerait la circulation de superpétroliers transportant du bitume des sables bitumineux d’Alberta le long de la côte de la Colombie-Britannique, y compris la côte de la fragile forêt pluviale de Great Bear.

Le SCFP-C.-B. affirme que le risque élevé d’un désastre de l’ordre du déversement de BP contrecarre tout bienfait possible du projet d’Enbridge.  D’ailleurs, une fuite de pipeline a entaché la crédibilité de cette société au cours des derniers jours; plus de trois millions de litres de pétrole se sont déversés dans la rivière Kalamazoo (sud du Michigan), engluant oiseaux et poissons.

Dans une lettre au premier ministre Gordon Cambell, Barry O’Neill, président du
SCFP-C.-B., a rappelé au premier ministre de la province qu’il avait promis de protéger la forêt de Great Bear en 2006.  « Nous prions le gouvernement provincial, écrit-il, de s’opposer au projet Northern Gateway d’Enbridge dans son ensemble et de respecter l’accord sur la forêt de Great Bear qu’il a signé. »


Le port de Montréal doit rouvrir à 100 pour cent

Au septième jour de la reprise des activités au port de Montréal, d’importants embouteillages et retards perturbent les activités.

« Même si le lock-out inutile de l’AEM a été levé au bout de cinq jours, ses effets continuent de se faire sentir.  Cette semaine, la situation est très pénible pour les camionneurs et les compagnies qui attendent les conteneurs.  Nous partageons leur frustration, puisque nous n’avons ni responsabilité ni contrôle là-dessus.  Nous demandons donc à l’employeur d’utiliser tous les moyens à sa disposition pour que le port tourne à 100  % », déclare Daniel Tremblay, président du Syndicat des débardeurs du port de Montréal (SCFP 375).

Les débardeurs du port de Montréal sont sans contrat de travail depuis le 31 décembre 2008.  Ils ont été mis en lock-out par l’AEM du lundi 19 juillet au samedi 24 juillet. 
La veille, en assemblée générale extraordinaire, près de 700 d’entre eux ont voté à l’unanimité en faveur du protocole de retour au travail qui a mis fin au lock-out.


:te/sepb 491