Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.

Une lettre de Paul Moist à propos de l’attaque israélienne contre la Flottille de la liberté de Gaza

Le 31 mai, une lettre rédigée par Paul Moist, président national du SCFP, a été expédiée au premier ministre Stephen Harper afin de demander que le gouvernement canadien condamne vertement la très violente attaque perpétrée par la marine israélienne contre un convoi humanitaire, un raid qui a fait 9 morts et des douzaines de blessés.

La flottille transportait de l’aide humanitaire vers Gaza, comme du matériel de construction destiné à rebâtir les maisons détruites en 2009 au moment de l’opération israélienne Plomb durci.

Il y avait, sur ces bateaux près de 700 personnes de partout dans le monde, dont des députés de plusieurs pays et une Irlandaise gagnante d’un prix Nobel, Mairead Maguire.  Dans sa lettre, M. Moist écrit que le gouvernement canadien doit exiger du gouvernement israélien qu’il lance immédiatement une enquête sur cet événement et qu’il rende publiques les règles d’engagement qui avaient été communiquées aux militaires qui ont mené cette attaque mortelle.


Le 47e Congrès annuel du SCFP Ontario lancé à Windsor le 26 mai

Le 26 mai, près de 1 200 délégués étaient réunis à l’occasion du Congrès du SCFP Ontario.

Au cours de ce congrès, Fred Hahn a été élu à la présidence du SCFP Ontario.  Dans son mot de remerciement, M. Hahn a affirmé : «Notre premier travail doit être la mobilisation des membres du syndicat afin qu’ils fassent de la sensibilisation auprès du grand public et qu’ils travaillent avec lui au sauvetage des services publics, lesquels sont confrontés à un défi de taille, la sous-traitance apparaissant comme un enjeu important dans de nombreuses campagnes en vue des élections municipales de 2010.»

Candace Rennick, travailleuse des soins de longue durée de Peterborough, a été élue au poste de secrétaire-trésorière du SCFP Ontario.  Elle est devenue la première femme à être élue à ce poste, mais aussi la personne la plus jeune à avoir jamais occupé le poste.


Au Congrès du SCFP Ontario on a récolté 70 000 $ pour les mineurs en grève de Sudbury

Les membres du SCFP de partout en Ontario ont manifesté leur soutien et leur solidarité en amassant 70 000 $ en dons et promesses de dons pour les familles des milliers de travailleurs en grève à Sudbury.

Le 27 mai, les délégués du SCFP Ontario ont applaudi le président de la section 6500 du Syndicat des métallurgistes unis d’Amérique,  John Fera, lorsqu’il est monté sur l’estrade
« pour remercier les délégués du fond du cœur ».

Après que les sections locales se soient engagées à verser 30 000 $, le président de la Fédération du travail de l’Ontario (FTO), Sid Ryan, est venu annoncer une contribution de 5 000 $ de la FTO.  Pour terminer la soirée en beauté et pour atteindre le montant de
70 000 $, le président du SCFP national, Paul Moist, est ensuite venu annoncer que le national allait égaler tous les dons récoltés par le congrès au cours de la soirée.


Agissons maintenant pour sauver le registre des armes à feu

Les membres du SCFP sont fortement encouragés à agir pour sauver le registre des armes à feux.  Le projet de loi C-391 qui vise à faire disparaître le Registre canadien des armes à feu devrait être soumis au vote des députés à la Chambre des communes à la mi-juin.  Pour défaire le projet de loi, il faut convaincre 14 députés qui l’ont appuyé en deuxième lecture de voter contre cette fois.

Le Comité permanent sur la sécurité publique est sur le point de terminer ses consultations publiques sur le projet de loi privé conservateur.  Dans sa récente présentation devant ce comité, Paul Moist, président national du SCFP, déclarait : « Il est important que les députés sachent que de nombreuses organisations représentant des centaines de milliers de Canadiens s’opposent à ce projet de loi. »


Le SCFP fait part de son engagement envers le développement communautaire au Congrès de la FCM

Le SCFP a affiché son engagement à collaborer avec les dirigeants municipaux afin de développer les collectivités où nous souhaitons tous vivre lors du 73e Congrès annuel et expo municipale de la Fédération canadienne des municipalités qui a eu lieu à Toronto (Ontario) du 28 au 31 mai.

Le SCFP y a fait part d’une vision pratique et positive de la vie municipale et de solutions pour les services publics.  Le SCFP a parlé de sujets comme les pouvoirs en matière de financement et de génération de revenus, l’infrastructure financée par le public, la collecte et le recyclage des déchets par le public, les politiques d’achat local, la création d’emplois verts pour la durabilité des collectivités, des réformes capables de régler la crise des régimes de retraite et de nouveaux accords commerciaux interprovinciaux et internationaux qui ne mineront pas les pouvoirs locaux.

Les fiches d’information portant sur chacune des solutions mises de l’avant par le SCFP sont disponibles à la page « Les collectivités que nous voulons » à l’adresse : http://scfp.ca/fcm


Les dirigeants municipaux en faveur de meilleurs régimes de retraite pour tous

Le 29 mai, les délégués à la conférence annuelle de la Fédération canadienne des municipalités ont pris position en faveur d’une sécurité à la retraite pour tous, appuyant ainsi l’appel du mouvement syndical pour l’amélioration du régime public de retraite.

La résolution d’urgence a suscité un appui immense.  Elle vise une hausse de 15 % du Supplément de revenu garanti pour aider les aînés les plus pauvres du Canada et la mise en place d’une assurance fédérale pour les régimes de retraite.  Le maire de Toronto, David Miller, a défendu la résolution au caucus des maires des grandes villes de la FCM ainsi qu’en plénière.


La grève de la faim de membres de la section locale 2745 prend fin à l’Assemblée législative

Le 28 mai, après une grève de la faim de cinq jours, le Comité de négociation de la section locale 2745 du SCFP s’est rendu devant l’Assemblée législative du Nouveau-Brunswick en appui à ses demandes de négociation.  Plus de 200 militants syndicaux les accompagnaient. 

La négociation est en cours depuis plus d’un an et le principal enjeu en litige porte sur les heures de travail.  Les membres travaillent en moyenne 28 heures par semaine sur une période de 39 semaines par année, pour un salaire moyen annuel de 17 000 $.

« Le gouvernement laisse délibérément un groupe de 3 300 femmes dans la pauvreté.  Cela fait des années que le gouvernement refuse de nous garantir des heures de travail.  En moyenne, nous travaillons 28 heures par semaine 39 semaines par année et nos membres ne travaillent pas suffisamment pour pouvoir contribuer au régime de retraite à prestations déterminées à temps plein », a déclaré Sandy Harding, présidente de la section locale 2745 du SCFP.


Des intervenants et des travailleurs parlent réforme des régimes de retraite avant la réunion des ministres de Finances

Un panel formé d’experts et de travailleurs s’est réuni le 25 mai, à l’occasion d’un événement organisé par le SCFP afin de discuter de solutions pour l’amélioration du système canadien de régimes de retraite.  Les participants ont formulé des recommandations à l’Intention des ministres des Finances qui entreprendront une nouvelle ronde de réunions sur les régimes de retraite en juin à l’Île-du-Prince-Édouard. 

Il y avait dans la salle plusieurs politiciens du parti libéral et du NPD, ainsi que des journalistes.


Les chauffeurs de la Croix-Rouge de Mississauga-Halton sont en position légale de déclencher la grève

Plus de 40 chauffeurs de la section de Mississauga-Halton de la Croix-Rouge sont maintenant en droit de déclencher la grève, après la rupture des négociations la semaine dernière.  Ils ont cependant décidé de maintenir les services offerts aux dialysés, aux aînés et à d’autres catégories de passagers jusqu’à nouvel ordre.  « Nous sommes devant une situation où certains chauffeurs, surtout des employés à temps partiel, seraient avantagés s’ils touchaient une indemnité de grève », affirme Helen Gibb-Gavel, conseillère syndicale du SCFP.  L’association compte 14 échelles salariales pour 47 chauffeurs.  La majorité de ces chauffeurs gagne moins de 13 $ l’heure.


Les cols bleus d’Aurora tiennent un piquet d’information à l’hôtel de ville

Les travailleurs cols bleus d’Aurora, membres de la section locale 905 du SCFP, ont tenu un piquet d’information le 25 mai.  La convention collective conclue entre la section locale 905 et la ville d’Aurora est échue depuis le 31 mars 2010 et jusqu’à maintenant, la négociation entreprise en février 2010 se déroule bien. 

« Nous voulons expliquer notre position au public et au conseil municipal, dit Derek Bakshi, président de la section locale 905.  Les membres de l’unité d’Aurora (et de l’unité de Whitchurch Stouffville) sont les moins bien rémunérés de la région. »


Utilisons notre pouvoir d’achat pour faire diminuer le prix des médicaments d’ordonnance pour tous

« La Colombie-Britannique devrait négocier une baisse des prix des médicaments génériques pour l’ensemble des résidents de Colombie-Britannique et pas seulement ceux qui reçoivent leurs ordonnances du régime public d’assurance-médicaments (PharmaCare) », disait le président du SCFP-Colombie-Britannique, Barry O’Neill, dans une lettre adressée au ministre de la Santé de la Colombie-Britannique, Kevin Falcon.  

Les médias ont rapporté que M. Falcon a donné à l’Association provinciale des pharmaciens jusqu’à la fin de juin pour lui soumettre un plan dans ce dossier.  Entre-temps, le gouvernement de l’Ontario a fait savoir qu’il souhaite travailler avec d’autres provinces à l’élaboration d’une stratégie nationale en matière de médicaments d’ordonnance.

L’Ontario a élaboré un plan de réduction des coûts des médicaments génériques de plus de 500 millions par année, tandis que l’Alberta a annoncé un plan qui lui permettra d’économiser 100 millions annuellement.


Vote de grève unanime à la Corporation des loisirs de Beloeil

Réunis en assemblée générale au soir du 25 mai, les employés de la Corporation des loisirs de Beloeil, sur la Rive-Sud de Montréal, ont accordé un mandat de grève à 100 % à leur comité de négociation syndical.  Ils sont sans contrat de travail depuis le 31 décembre 2007.

Les syndiqués ont déposé leurs demandes en mars dernier, mais la Corporation ne leur a donné aucune réponse jusqu’à maintenant.  Aucune séance de négociation n’a eu lieu.  Les demandes syndicales concernent, pour l’essentiel, les salaires. 

Les employés de la Corporation des loisirs de Beloeil sont représentés par notre section locale 4750.

:te/sepb 491