Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.

À l’issue d’une rencontre visant à faire le point sur les négociations en cours, les porte-parole du Front commun québécois des employés des secteurs public et parapublic constatent avec déception que le blitz de négociation proposé par la présidente du Conseil du trésor n’a pas donné les résultats escomptés.

« Quand la ministre a annoncé un blitz de négociation, nous y avons cru et tous nos comités de négociation se sont mis à l’œuvre. Malheureusement, rapidement au cours de la fin de semaine passée, nous n’avons pas senti la même ouverture du côté des comités patronaux, mais nous avons décidé de persévérer pour faire avancer la négociation », a déclaré Dominique Verreault du Secrétariat intersyndical des services publics (SISP).

Les organisations syndicales s’étaient donné jusqu’au début du mois d’avril pour conclure des ententes satisfaisantes, mais elles décident de tenter une ultime chance pour y arriver. « Au plus tard le 20 avril, si des ententes sectorielles ne sont toujours pas envisageables, nous déposerons des demandes de médiation dans le but de rapprocher les parties d’un règlement final », selon Michel Arsenault de la Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ).

Le Front commun revendique la protection du pouvoir d’achat (contre l’inflation) des 475,000 travailleuses et travailleurs qu’il représente, ainsi qu’un rattrapage salarial par rapport au secteur privé, où les salaires sont plus élevés d’environ 7,7%.

Par ailleurs, les organisations syndicales regroupées au sein du Front commun souhaitent apporter des solutions concrètes aux problèmes criants de main-d’œuvre qui pénalisent nos services de santé et sociaux, d’éducation ainsi que la fonction publique.

Le Front commun réunit tous les grands syndicats présents dans les secteurs public et parapublic, soit les organisations regroupées au sein du SISP (CSQ, FIQ, SFPQ, APTS et SPGQ), de la CSN (FSSS, FEESP, FNEEQ et FP) et de la FTQ (SCFP, SQEES, SEPB et UES).

À lire également: le Québec en effervescence sociale ces dernières semaines