Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.

La proposition du gouvernement de la Saskatchewan de sous-traiter des interventions chirurgicales et des tests diagnostiques, comme des examens par IRM et des tomodensitogrammes, créera un système de santé à deux vitesses qui préconise les profits au détriment des patients, met en garde le SCFP.

Le ministre de la Santé de la Saskatchewan, Don McMorris, a déclaré hier que son gouvernement vient d’affecter un montant de 5,5 millions à des interventions chirurgicales et des tests diagnostiques qui seront effectués par des cliniques privées à but lucratif de Saskatoon et de Regina.

Gordon Campbell, président du Conseil de la santé du SCFP, a dénoncé le plan du gouvernement, le qualifiant de « téméraire et irresponsable ».

« C’est un plan téméraire parce qu’il repose sur une idéologie aveugle et un plan irresponsable parce qu’il risque de mettre en péril les gains déjà réalisés par le système public pour réduire les listes d’attente », explique M. Campbell.

Selon la plus récente information obtenue du Saskatchewan Surgical Care Network, la majorité des chirurgies prévues est effectuée à l’intérieur d’un délai de trois mois. Par exemple, la région sanitaire de Prince Albert Parkland a réalisé 83 % de ses interventions chirurgicales à l’intérieur d’un délai de trois mois.

M. Campbell a aussi fustigé le gouvernement d’avoir reporté le financement d’un nouveau centre public de services chirurgicaux ambulatoires à Regina, lequel permettrait au système de santé public de pratiquer un plus grand nombre d’interventions chirurgicales.

« Il faut se demander pourquoi le gouvernement n’a pas réussi à trouver 3 millions pour un centre chirurgical public, alors qu’il a réussi à trouver 5,5 millions pour des cliniques privées à but lucratif. C’est pervers. »

Bien que le gouvernement ait reconnu pour la première fois hier que la Saskatchewan réussissait maintenant à satisfaire à la demande de chirurgies, le ministre de la Santé a indiqué que le gouvernement cherchait à « transformer » la prestation des soins de santé.

Michael McBane, de la Coalition canadienne de la santé, a affirmé que le plan gouvernemental visant à privatiser les interventions chirurgicales et les tests diagnostiques nuira au système de santé public étant donné que les ressources sont insuffisantes pour doter en personnel deux systèmes parallèles.

« Toutes les preuves démontrent que les cliniques privées à but lucratif ont pour effets de marauder les rares professionnels de la santé, d’allonger les délais d’attente dans le système public et d’augmenter les coûts », affirme M. McBane, coordonnateur de la coalition nationale.

Selon lui, le recours à des cliniques privées à but lucratif augmentera le coût des services de santé de façon draconienne en Saskatchewan. « Je ne connais aucun endroit en Amérique du Nord où les services de santé à but lucratif coûtent moins cher que les services publics. Cette proposition aura pour effet de réduire l’offre de services à coût égal ou de majorer le coût de l’offre de services actuelle », conclut-il.

-30-

Personnes-ressources : Gordon Campbell (539-0661) ou Michael McBane (à Ottawa, 613 277-6295)