Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.

Dans un nouveau rapport, le juricomptable le plus respecté de la Colombie-Britannique, Ron Parks, se prononce en faveur de l’exploitation publique du service de traitement des égouts du District régional de la capitale (DRC).

Après examen de l’analyse de rentabilité appuyant un financement provincial pour le traitement des égouts, M. Parks conclut que l’estimation du coût de l’exploitation publique est gonflée à plusieurs égards, dont le dédoublement du risque, l’hypothèse injustifiée de coûts publics supérieurs et le recours à un taux d’actualisation trop élevé.

L’analyse de rentabilité utilise un taux d’actualisation présumé de 7,5 pour cent, tandis que M. Parks suggère un taux plus approprié de 5,19 pour cent – lié au coût présent d’un emprunt public auprès de l’Autorité municipale des finances. Avec le taux moins élevé, l’exploitation publique coûterait en fait 116 millions de dollars de moins qu’un partenariat public-privé (PPP) et 58 millions de dollars de moins que l’option hybride public-PPP.

Ron Parks affirme que les estimations non fondées de coûts de construction et d’exploitation plus élevés pour la solution publique semblent basées sur « la présomption générale voulant que le secteur privé puisse toujours faire les choses à moindre prix que le gouvernement ».

Ce rapport donne aux élus du DRC une excellente raison d’écouter les citoyens qui ont déclaré à maintes reprises qu’ils voulaient des services de traitement des égouts publics et non privés, selon Barry O’Neill, président de la division de la Colombie-Britannique du Syndicat canadien de la fonction publique. « Les PPP sont une arnaque. Je suis assez certain que les contribuables du DRC préféreraient que ces dizaines de millions de dollars servent à améliorer les parcs, les loisirs, le transport en commun et les routes plutôt qu’à payer les “primes à la privatisation” », croit M. O’Neill.

Le Comité de gestion des déchets liquides de la région centre doit présenter une recommandation sur le projet au conseil du DRC le 24 mars, et le conseil doit prendre sa décision finale à sa réunion du 31 mars.

Le Syndicat canadien de la fonction publique a demandé à Ron Parks de répondre à dix questions concernant l’analyse de rentabilité. M. Parks est avec le cabinet Blair Mackay Mynett Valuations Inc. Lisez le rapport complet à http://www.cupe.bc.ca/campaigns/water-watch/reports-researc