Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.

Le budget fédéral ne contient pas de plan pour l’emploi

« Malgré la promesse de montrer la voie en matière d’emploi et de croissance, il manque au budget un plan pour remettre les Canadiens au travail », a déclaré Paul Moist, président national du SCFP à la suite du dépôt du budget, le mardi 4 mars.

Le budget fédéral fait état d’un projet visant à développer Avantage Canada, un plan déposé en 2006 pour favoriser plus de déréglementation, de baisses d’impôts des entreprises, de privatisations et de libre-échange agressif.

« Avantage Canada repose sur les mêmes politiques de laisser-faire qui ont été à l’origine du ralentissement économique mondial.  Il est difficile de comprendre comment ces mêmes politiques pourraient créer de bons emplois pour les Canadiens », selon Paul Moist.

Pour en savoir plus sur le budget fédéral 2010, rendez-vous sur www.scfp.ca.  Lisez le résumé et l’analyse de l’économiste du SCFP, Toby Sanger et voyez des fiches de renseignement détaillant les impacts du budget et les choix plus avisés qui auraient pu être faits.


Le plan d’action pour le 28 avril

Le SCFP fait appel à ses membres, ses sections locales et ses conseils du travail de partout au Canada afin qu’ils agissent pour l’élimination des blessures et des décès sur les lieux de travail.  À l’occasion du Jour de deuil international pour les personnes tuées et blessées au travail, nous encourageons toutes les sections locales à prendre part aux activités organisées par les conseils du travail locaux et les organismes communautaires.
 
Le Jour de deuil a été institué par le Comité national de la santé et sécurité du SCFP.  Il a par la suite été adopté par le Congrès du travail du Canada et il est maintenant reconnu dans plus de 100 pays.  Le Jour de deuil est là pour nous rappeler que nous avons besoin de lois plus musclées et d’un plus grand nombre de responsables de l’application de ces lois afin que les employeurs puissent enfin être tenus responsables de la santé de leurs travailleurs.  Voici ce que vous pouvez faire :

• Prenez prétexte du 28 avril pour passer le mot et agir en mettant en évidence les dangers de votre lieu de travail.
• Prenez contact avec le Service de la santé et sécurité du SCFP national afin d’obtenir le matériel du 28 avril (signets, affiches, déclaration des travailleurs, liste de vérification et formulaires de commande de drapeaux et de tee-shirts).
• Organisez un événement dans votre collectivité ou sur votre lieu de travail en utilisant le matériel du 28 avril.
• Travaillez avec les délégués syndicaux de votre section locale.

Pour en savoir plus, rendez-vous sur www.scfp.ca.


Les Canadiennes attendent toujours des actions dans le domaine des services de garde

Les trois quarts des femmes du Canada veulent des services de garde et pourtant, il n’y a de places en garderie que pour 20 % des femmes qui en ont besoin.  Une étude récente a démontré que le Canada occupe le dernier rang des 25 pays étudiés pour ce qui est de l’accès aux services de garde.

La directrice de l’égalité au SCFP national, Maureen Morrison, fait partie de la délégation  réunie cette semaine à New York à l’occasion de la rencontre de la Commission des Nations Unies sur la condition de la femme.

Dans la diffusion sur le Web des travaux de la commission, Mme Morrison, militante des services de garde depuis plus de 30 ans, discute avec Mira Hill, qui veut elle aussi que le Canada adopte un programme de services de garde accessibles et universels.  Mme Hill est du Centre des familles du Nord à Yellowknife dans les territoires du Nord-Ouest.  Vous pouvez entendre la baladodiffusion sur :  http://cupe.ca/child-care/canadian-women-waiting-action-child (en anglais seulement).


Le ministre évacue les mentions sur les droits des gais d’un guide

Le ministre de la Citoyenneté et de l’Immigration, Jason Kenney, a fait enlever les références aux droits des LGBTTI dans le nouveau guide remis aux immigrants qui a été publié en novembre dernier.  La nouvelle de la mesure prise par M. Kenney, qui s’était opposé au mariage homosexuel lorsque le dossier avait été débattu au Parlement, vient tout juste d’être rendue publique.

Le Canada est un chef de file dans la défense des droits des personnes LGBTTI.  Nous garantissons les prestations de retraite et les avantages sociaux aux conjoints du même sexe.  Nous avons des droits égaux au mariage.  Et ces droits durement acquis, dont sont fiers les Canadiens et les membres du SCFP, doivent être reconnus dans les documents produits par notre gouvernement fédéral.

Faites savoir à Jason Kenney que l’égalité des droits est une partie importante de notre statut de Canadiens.  Utilisez le centre d’actions en ligne du SCFP pour faire parvenir un courriel à Jason Kenney dès aujourd’hui. 

http://scfp.ca/action/citizenship-equal-rights


Avec leur budget 2010, les libéraux accentuent les divisions en Colombie-Britannique

Avec son premier budget post-olympiques, le gouvernement libéral de Colombie-Britannique aggrave la polarisation économique et n’offre que peu de répit aux collectivités rurales qui souffrent de la crise économique, affirme le Syndicat canadien de la fonction publique.

« Ce gouvernement met beaucoup d’emphase sur les partenariats et l’innovation lorsqu’il s’agit d’investisseurs étrangers et d’incitatifs au développement privé, mais il ne fait rien pour renforcer les économies locales », a déclaré le président du SCFP-Colombie-Britannique, Barry O’Neill.

M. O’Neill a fait remarquer que les revenus tirés de l’impôt des sociétés sont en baisse de 36,4 %.

Le budget de cette année ne prévoit aucune augmentation du financement accordé à l’éducation postsecondaire.  Il alloue 1,8 milliard à l’éducation postsecondaire pour 2010-2011, soit le même montant que l’an dernier.  De plus, les compressions imposées l’an dernier au budget des bibliothèques publiques sont maintenues et le financement annuel accordé aux établissements du secteur de la maternelle à la 12e année n’a pas non plus été entièrement restauré.

« Ce budget nous fait voir un gouvernement qui traverse la crise économique au neutre, dit encore M. O’Neill.  Devant un taux de chômage qui se situe au double de l’an dernier, des compressions dans le secteur public et des familles de travailleurs qui sont confrontés à une reprise économique sans création d’emplois, les libéraux auraient dû saisir l’occasion de ce budget pour relancer la Colombie-Britannique. »


La privatisation des hôpitaux a échoué en Grande Bretagne, elle échouera en Ontario

Les Ontariens devraient s’inquiéter de la volonté du gouvernement libéral de lancer une restructuration radicale du secteur des soins de santé, une restructuration non pas basée sur la qualité des soins et les meilleures pratiques, mais exclusivement sur l’identification des hôpitaux qui peuvent effectuer leurs chirurgies au moindre coût, affirme Michael Hurley, le président du Conseil des syndicats d’hôpitaux de l’Ontario (CSHO).

À l’Assemblée législative, ni la ministre de la Santé, Deb Matthews, ni le premier ministre n’ont démenti leur intention de mettre en œuvre un plan élaboré en secret par des consultants.  Ce plan révélé dans un reportage réduirait l’accès aux services locaux et forcerait les hôpitaux à se concurrencer pour obtenir des fonds par le biais d’un système de tarification.

« Si ce plan est mis en oeuvre, la concurrence entre les hôpitaux provoquera un bouleversement majeur de la façon dont les soins sont prodigués.  Il s’agit d’un virage qui s’est avéré désastreux partout où il a été tenté, tant au Royaume-Uni qu’en Ontario », a déclaré M. Hurley qui a rappelé du même souffle que les initiatives des libéraux visant la privatisation des soins à domicile et l’informatisation du système de santé ont été des échecs retentissants. 


La grève tournante est un succès pour les cols bleus de Montréal

Le vendredi 5 mars, les cols bleus de Montréal ont mis un terme à leur grève tournante de 40 jours débutée le 25 janvier dernier.  Et aux yeux de leur syndicat, ils ont de quoi dire
« mission accomplie ».  « Nous avons réussi un sans faute, un exercice impeccable où nous avons fait pression sur l’administration Tremblay.  Tout au long de cette grève, nous sommes restés visibles, pour exprimer le bien-fondé de nos revendications, et cela, sans nuire aux Montréalaises et aux Montréalais », se réjouit Michel Parent, président du SCFP 301.

Le syndicat entend maintenant travailler à conclure un contrat satisfaisant pour les deux parties.  Il a donc répondu à l’appel du conciliateur de revenir à la table de négociation dès le mardi 9 mars.


Une étude juge « trop risqué » le PPP de l’Hôtel-Dieu de Québec

Une étude du professeur-chercheur Pierre J. Hamel remet en cause le choix du gouvernement du Québec de recourir à un partenariat public-privé (PPP) pour le projet de rénovation et d’agrandissement de l’Hôtel-Dieu de Québec.  Parmi les nombreux problèmes que soulève l’universitaire de l’Institut national de la recherche scientifique (INRS), on note que la formule PPP n’est pas adaptée à la nature même d’un hôpital universitaire qui se doit d’être à la fine pointe des technologies.

Dans son étude de quelque 300 pages, le chercheur conclut que « les PPP […] présentent plusieurs problèmes structurels graves » quant à la concurrence, à la transparence, à la rigidité, aux coûts et à l’intérêt public.

Katty Paradis, présidente du syndicat des employés du CHUQ (SCFP 1108), a commenté les tergiversations du gouvernement du Québec sur la manière de réaliser ce projet : 
« On doit arrêter de jouer au yo-yo.  Les gens ont hâte que ça se fasse et, surtout, d’entendre que ce sera en mode conventionnel.  »

:te/sepb 491