Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.

« Malgré les promesses d’agir pour l’emploi et la croissance, il manque au budget d’aujourd’hui un plan pour remettre les Canadiens au travail », a déclaré Paul Moist, président national du SCFP.

« Plus de 1,5 million de Canadiens sont sans emploi. Ils méritent bien mieux qu’un plan limité à des baisses d’impôt massives et à la pensée magique. »

Le budget fédéral d’aujourd’hui marque une volonté de développer Avantage Canada, un plan déposé en 2006 pour plus de déréglementation, de baisses d’impôts des entreprises, de privatisations et de libre-échange agressif.

« Avantage Canada repose sur les mêmes politiques de laisser-faire qui ont causé le ralentissement économique mondial. Difficile de voir comment de telles politiques pourraient créer de bons emplois pour les Canadiens », selon Paul Moist.

D’après lui, alors que des bouleversements démographiques majeurs s’amorcent au Canada, le budget aurait dû faire preuve de vision à moyen et long terme.

« Nous sommes au seuil d’une grave pénurie de main-d’œuvre spécialisée, nous n’avons pas de stratégie industrielle, et alors que les baby-boomers partent à la retraite, bien des Canadiens réalisent que leurs revenus de retraite sont en péril. »

« Impossible de corriger ces problèmes avec un budget de laisser-aller basé sur des baisses d’impôt. En fait, ce budget ouvre la porte à une reprise sans emplois et à un effritement des revenus fiscaux qui met en péril les services publics auxquels se fient les Canadiens. Certains économistes des banques canadiennes ont demandé au gouvernement de maintenir ses revenus fiscaux. Malheureusement, ils n’ont pas été écoutés. »

Selon Paul Moist, un budget véritablement proactif se serait attaqué de front au chômage et à la précarité des retraites.

« Dix premiers ministres et les dirigeants des trois territoires ont demandé la tenue d’un sommet national sur les régimes de retraite, a rappelé Paul Moist. De simples consultations printanières et une ‘journée nationale des aînés’ ne suffiront pas. Aussi, vu le déficit modéré du Canada, le gouvernement pourrait annoncer des investissements publics stratégiques qui créeraient des emplois et bâtiraient des actifs pour les prochaines générations. »

« Le déficit des infrastructures municipales s’élève à 120 milliards de dollars au Canada. Le budget néglige d’investir dans des infrastructures vertes qui créeraient des économies à long terme. Malheureusement, le gouvernement Harper garde le cap vers nulle part. »