Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.

Danny Cavanagh, président du SCFP-N.-É., a tiré des conclusions peu rassurantes du rapport du vérificateur général portant notamment sur les écoles en PPP.

« D’entrée de jeu, a déclaré Danny Cavanagh, il faut féliciter Jacques Lapointe et son personnel pour avoir confirmé ce qu’a toujours soutenu le SCFP : les contrats des écoles en PPP de la Nouvelle-Écosse ne sont rien d’autre qu’un permis accordé aux partenaires privés pour se servir dans l’assiette au beurre. »

Le rapport présente de nombreuses conclusions pour le moins étonnantes:

  • « Des modalités contractuelles et des processus et procédures de gestion détaillés, qui font en sorte que les services qui ont été payés soient effectivement rendus, sont essentiels à la protection de l’intérêt public. Notre vérification a cerné des faiblesses à ces deux égards. »
  • « Ainsi, nous ne pouvons pas établir si les calculs clés appuyant les paiements prévus aux contrats sont exacts, ni si de nombreux services payés ont en effet été rendus. »

« La vérification a permis de constater des situations où les entrepreneurs ne se sont pas acquittés de leurs obligations en vertu des contrats de services en matière de registre de cas d’enfants maltraités et de contrôle des dossiers criminels, d’inspections de prévention des incendies et de formation en premiers soins d’urgence et en RCP », a commenté Danny Cavanagh.

« Si j’étais parent d’un enfant qui fréquente une école en PPP, a-t-il ajouté, je serais très préoccupé par ces conclusions. »

« La valeur des contrats des écoles en PPP s’élève à 830 millions de dollars sur une durée de 20 ans, a-t-il précisé. Pour mettre ce montant en perspective, il suffit de dire que le déficit provincial actuel est de 525 millions de dollars. Je suis sûr que nous saurions exactement quoi faire avec 830 millions de dollars dès maintenant. »

« J’espère que le rapport rappellera en termes clairs au gouvernement Dexter que les PPP ne sont qu’une arnaque pour les contribuables », a conclu Danny Cavanagh.