Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.

Un nouveau sondage montre que les Canadiens veulent protéger et accroître les dépenses fédérales consacrées à l’infrastructure et aux services publics locaux – et qu’ils sont prêts à payer plus d’impôts pour cela.

Le sondage de la Fédération canadienne des municipalités dévoile que la récession n’a pas changé l’opinion de la population canadienne et que l’infrastructure municipale demeure la grande priorité pour les dépenses fédérales. Les conclusions montrent que les Canadiens font un lien direct entre l’infrastructure et les services municipaux et leur qualité de vie. Ils considèrent aussi que l’infrastructure communautaire est essentielle à une saine économie.

Presque tous les Canadiens – 96 pour cent – croient que le gouvernement fédéral doit maintenir ou accroître les dépenses consacrées à l’infrastructure locale. Le SCFP appuie la demande de la FCM pour un plan économique à long terme qui protège les investissements dans les villes et les collectivités et met fin à tout futur délestage des responsabilités.

Près de 70 pour cent des répondants ne veulent pas que le déficit soit remboursé par une diminution des dépenses consacrées à l’infrastructure. La protection du financement destiné à la construction et à la réparation des routes, des ponts, des systèmes de distribution de l’eau potable et de traitement des eaux usées et des transports en commun était la deuxième priorité des Canadiens, tout de suite après les soins de santé.

Ce sondage est un suivi de celui qu’a mené la FCM en 2008. Ces nouveaux résultats confirment l’appui des Canadiens à l’annulation de la diminution de 1 pour cent de la TPS, si l’argent sert à soutenir l’infrastructure et les services locaux. L’appui à une augmentation de la TPS pour les dépenses consacrées à l’infrastructure municipale s’est accru depuis 2008 et s’établit maintenant à 70 pour cent, en hausse de six points.

La très grande majorité des Canadiens croient que les transferts fédéraux et provinciaux – et non les compressions dans les services locaux ou l’augmentation des impôts fonciers – devraient constituer la principale source de financement de l’infrastructure.

Une infrastructure et des services publics solides sont au cœur de la reprise économique du Canada. La recherche de la FCM met en lumière la nécessité de résoudre la crise financière des municipalités. Les gouvernements fédéral et provinciaux ont sévèrement limité les transferts aux administrations locales depuis le milieu des années 90. Les analyses économiques du SCFP montrent que ces mesures ont entraîné un manque à gagner qui atteignait les 7 milliards de dollars en 2006 – un montant à peu près équivalent à une hausse d’un point de pourcentage de la TPS.