Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.

Le mouvement syndical dit à Harper de prendre le leadership des négociations sur le climat et de se concentrer sur la création d’une économie verte

Au moment où la partie Rencontre au sommet de la Conférence de l’ONU sur les changements climatiques s’engage à Copenhague, le SCFP a joint sa voix aux syndicats des secteurs privé et public.  Ensemble ils ont lancé un appel au premier ministre
Stephen Harper, lui demandant de prendre la tête des efforts mondiaux visant la conclusion d’une entente internationale équitable, ambitieuse et contraignante. 

Le Canada a été très critiqué au cours des derniers jours, d’abord pour son obstruction
au bon déroulement des négociations et ensuite pour les rapports indiquant qu’il a l’intention d’abaisser les cibles de diminution de gaz à effet de serre de son industrie nationale.  Les syndicats canadiens réclament du gouvernement fédéral qu’il négocie des cibles significatives de réduction des GES basées sur des preuves scientifiques et les niveaux de 1990 ainsi que des clauses de juste transition pour les travailleurs qui seront affectés. 

« En refusant d’imposer de cibles fédérales de réduction des GES importantes et ambitieuses, notre gouvernement a choisi la voie de la moindre résistance dans le dossier des changements climatiques, affirme le président national du SCFP, Paul Moist.  Rien ne rend ce gouvernement tenu de rendre des comptes en ce qui concerne ses investissements publics verts et pendant ce temps, les services publics souffrent d’un important déficit d’infrastructure. »

Lisez le blogue et les comptes-rendus quotidiens du personnel et des membres du SCFP présents à Copenhague.:

http://scfp.ca/copenhagen-2009


Le Journal de Québec, un long conflit

Un an après un jugement confirmant que Québecor/Sun Media a eu recours à des travailleurs illégaux lors du lock-out de 16 mois au Journal de Québec, le SCFP rend public un documentaire vidéo de 23 minutes sur ce conflit de travail - le plus long conflit de travail de toute l’histoire des quotidiens francophones au Canada.

Le documentaire raconte l’aventure de 252 artisans de l’information de Québec qui ont métamorphosé la façon de mener un conflit de travail.  La publication et la distribution d’un journal quotidien remplaçant le traditionnel piquet de grève.

« Au lieu d’un piquet de grève de 252 personnes, nous avons eu 40 000 nouveaux piquets de grève cinq fois par semaine », résume Claude Généreux, secrétaire-trésorier national du SCFP, parlant de la valeur stratégique des 40 000 exemplaires quotidiens du MédiaMatin.

Voyez la vidéo sur : http://scfp.ca/mediamatin


Le SCFP appuie des électriciens mexicains congédiés

Le 10 octobre 2009, le Président du Mexique, Felipe Calderón, a ordonné aux policiers fédéraux de saisir les centrales électriques exploitées par le Syndicat mexicain des électriciens (SME).  Au même moment, il liquidait la Société d’électricité et d’énergie appartenant à l’état et il en congédiait l’ensemble de la main-d’œuvre, soit 44 000 employés.

Le SCFP, avec d’autres syndicats et groupes de défense des droits de la personne de partout au monde, a dénoncé ces actions du gouvernement et demandé au gouvernement de respecter la loi et de négocier avec le SME.  Nous avons d’ailleurs pris part à une délégation d’urgence qui s’est rendu au Mexique afin de prendre la mesure de la situation et d’étudier par quelles façons nous pourrions leur venir en aide.

Le SCFP représente des milliers de membres dans le secteur de l’énergie et est extrêmement préoccupé par cette attaque contre les travailleurs et les services publics.  Nous travaillons avec nos consœurs et confrères des États-Unis et du Mexique à l’élaboration d’un mouvement fort en faveur d’un contrôle public des sources d’énergie.

Voyez le rapport de la recherchiste Shelly Gordon sur son séjour au Mexique : http://scfp.ca/global-justice/clc-afl-cio-delegation-pledge-support


Ambulanciers paramédicaux de C.B., nouveaux pourparlers pour une nouvelle entente

Les négociations entre les ambulanciers paramédicaux (section locale 873 du SCFP) et les Services ambulanciers de C.B. ont mis en lumière un point d’entente – le modèle provincial est la seule possibilité pour assurer la présence d’un service ambulancier viable et durable en Colombie-Britannique.

Les négociations portent sur une nouvelle entente qui entrera en vigueur après l’échéance du contrat de travail imposé par la loi de retour au travail des libéraux, soit le 1er avril 2010.

Après la prolongation indéfinie de la négociation plus tôt cette année, les représentants du SCFP disent être confiants que l’équipe de négociation de l’employeur dispose maintenant d’un réel mandat pour négocier une entente.

Les deux parties étaient près d’un accord lorsque le COVAN a demandé à la province de mettre fin à la grève légale déclenchée 7 mois plus tôt par les 3 500 ambulanciers paramédicaux de C.B., au nom de la sécurité des Jeux d’hiver de 2010.  La loi 21 a donc été adoptée peu après et c’est une première honteuse dans l’histoire syndicale canadienne, la première fois qu’un gouvernement impose une loi de retour au travail alors que les travailleurs sont à se prononcer par vote sur une offre qui vient d’être déposée par  ce même gouvernement. 


Les travailleurs d’hôpitaux de Nouvelle-Écosse se prononcent dans une proportion de 85 % en faveur de moyens de pression

Les derniers votes de grève des travailleurs d’hôpitaux SCFP de Nouvelle-Écosse ont été comptés.

Le coordonnateur SCFP des soins actifs, Wayne Thomas dit : « 85 % de nos membres ont appuyé le possible déclenchement d’une grève au début de 2010 ».

Sur les 4 129 travailleurs SCFP des hôpitaux, 3 283 ont voté et de ce nombre, 2 871 ont appuyé la position de leur comité de négociation dans le cadre de cette ronde de négociation.

Dans l’ensemble de la province, mais à l’extérieur de la région de la Capitale, 18 groupes de travailleurs d’hôpitaux ont tenu un vote.  Plus tôt au cours du mois, le SCFP a annoncé qu’aucun moyen de pression ne serait entrepris dans le secteur hospitalier avant
le 11 janvier 2010 en raison de la pandémie de grippe A (H1N1).


Des travailleurs de Cathay Pacific à Vancouver se joignent au SCFP

Les agents du service à la clientèle de Cathay Pacific à Vancouver seront dorénavant représentés par le Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP), en vertu d’une décision du Conseil canadien des relations industrielles rendue le 15 décembre 2009. 
Ces 55 nouveaux syndiqués se joignent ainsi à 220 agents de bord de Vancouver et
140 autres de Toronto au sein de la Composante Cathay Pacific du SCFP.

L’accréditation inclut les préposés à la vente de billets, les préposés aux bagages, le personnel aux salons d’attente, les agents de porte de départ et d’arrivée ainsi que tous les autres agents du service à la clientèle de Cathay Pacific Airways à l’aéroport international de Vancouver.


Victoire du SCFP dans une cause sur les indemnités de vacances

À la suite d’une contestation déposée par la section locale 2764 du SCCP, la Cour d’appel de l’Ontario a décidé que les employés à temps partiel peuvent toucher des indemnités de vacances pour les jours fériés même s’ils ne travaillent pas ces jours-là.

Pour en savoir plus sur ce jugement :

http://cupe.ca/holidays/local-wins-holiday-pay-issue


La négociation commence pour les travailleurs des établissements de santé de C.B.

La négociation de la nouvelle convention collective des travailleurs de la santé des hôpitaux et des établissements de soins de longue durée de Colombie-Britannique doit être lancée les 17 et 18 décembre à Vancouver.

Judy Darcy, secrétaire et directrice générale du SEH et porte-parole de l’Association de négociation des établissements, est heureuse que les négociations soient lancées cette semaine.  « Nous sommes ravis de pouvoir entreprendre la négociation avant les Fêtes », dit Mme Darcy.

« Il y a beaucoup de choses dont nous devons discuter avec les employeurs pour pouvoir améliorer la prestation des soins de santé aux résidents de Colombie-Britannique, assurer la sécurité d’emploi et préserver les avantages sociaux de nos membres et augmenter la rémunération des infirmières auxiliaires, des assistants en unités de soins et de certains autres postes qui font face à des responsabilités accrues, des exigences plus élevées en matière de formation ou des problèmes de recrutement et de rétention.

L’association de négociation des établissements est composée de 10 syndicats dont le Syndicat des employés d’hôpitaux – le plus important syndicat du secteur – le Syndicat des fonctionnaires provinciaux de la Colombie-Britannique et le International Union of Operating Engineers (Syndicat international des mécaniciens d’exploitation).

:te/sepb 491