Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.

Le 10 octobre 2009, le président mexicain Felipe Calderón ordonnait à la police fédérale de s’emparer des centrales électriques exploitées par les travailleurs du Syndicat mexicain de l’électricité (SME), tout en liquidant la Société lumière et énergie, propriété de l’État, et en congédiant ses 44 000 employés. Le SCFP et d’autres syndicats et groupes de défense des droits de la personne du monde entier ont immédiatement dénoncé les mesures prises par le gouvernement et exigé que ce dernier respecte la loi et négocie avec le SME.

Le SCFP représente des milliers de membres dans le secteur de l’énergie et est extrêmement préoccupé par cette attaque contre les travailleurs et les services publics. Nous collaborons depuis longtemps avec nos confrères et consœurs des États-Unis et du Mexique à l’édification d’un solide mouvement en faveur du contrôle public de l’énergie.

Notre syndicat a fait partie d’une délégation d’urgence au Mexique pour observer la situation de près et voir ce qui peut être fait pour aider. Hassan Yussuf, secrétaire-trésorier du CTC, dirigeait la délégation, dont faisait partie des représentants du SCEP et des Métallos, ainsi que la consœur Shelly Gordon, recherchiste principale en matière d’énergie pour le SCFP et opposante de longue date à la privatisation. Pour en savoir plus sur la situation au Mexique, cliquez ici.