Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.

Les droits des personnes ayant un handicap sont des droits de la personne

Le 3 décembre marque la Journée internationale des personnes handicapées, une journée destinée à promouvoir la sensibilisation, la compréhension et l’action en faveur des droits juridiques et sociaux des personnes vivant avec des handicaps.

Le Groupe de travail national des personnes ayant un handicap joue un rôle actif sur de nombreux fronts dans la promotion et la défense des droits des personnes handicapées.  Le groupe a notamment produit des étiquettes d’adresse pour les bagages, et une affiche pour sensibiliser les gens au fait que les droits des personnes handicapées sont des droits de la personne.  Le Groupe de travail a aussi participé, avec la Direction du développement syndical, à l’élaboration d’un nouveau cours sur la sensibilisation aux handicaps et la création de lieux de travail bien adaptés.

Le SCFP a aussi reconnu le travail d’une militante des droits des personnes ayant un handicap, la consœur Catherine Peters.  Mme Peters a reçu le prix du militantisme en faveur des droits des personnes handicapées pour son engagement au sein du mouvement syndical et de la communauté des personnes handicapées. 


Les travailleurs de l’aéroport de Hamilton veulent un contrat équitable

À l’approche des Fêtes, une période très occupée dans le domaine du transport aérien,
à l’aéroport international John C. Munro de Hamilton, 35 travailleurs du SCFP tentent de conclure, avant la période des Fêtes, une entente équitable avec la direction de l’aéroport afin de prévenir toute interruption du trafic de passagers et de cargo entrant et sortant de l’aéroport de Hamilton.

Les points en suspens sont notamment les salaires et les avantages sociaux, des améliorations aux horaires de travail et aux programmes de formation du personnel. 
Les travailleurs sont sans contrat de travail depuis le 1er octobre 2008.

« Nous savons que la période des Fêtes est une saison importante pour le transport aérien, c’est pourquoi nous espérons que la direction en sera aussi consciente et qu’elle fera des efforts pour conclure une entente avant Noël, a déclaré le président de la section locale 5167 du SCFP, Derron Vernon.  La période des Fêtes est l’occasion de passer du temps entre amis et en famille et les passagers ne devraient pas devoir s’inquiéter de savoir s’ils pourront arriver à destination à temps. »


Le 6 décembre 1989 – il y a 20 ans

Le 6 décembre, nous nous souvenons des 14 femmes assassinées à l’École Polytechnique de Montréal en 1989 et nous pleurons leur mort. 

Afin de participer à la commémoration du 20e anniversaire du massacre de Montréal et de renouveler l’appel au changement, le SCFP a collaboré avec le Congrès du travail du Canada (CTC) à une campagne de cartes postales qui a été lancée le 16 novembre. 
La campagne nommée « 20 jours, 20 façons de mettre fin à la violence faite aux
femmes » a pour objectif d’inviter les militants à faire parvenir au premier ministre une carte postale par jour pendant les 20 jours précédant le 6 décembre. 

Le 6 décembre, des cérémonies à la mémoire des femmes mortes à Montréal auront lieu dans l’ensemble du pays.  Nous encourageons les membres du SCFP et les sections locales à prendre part aux événements qui auront lieu dans leur collectivité et ainsi contribuer à rappeler à nos dirigeants élus qu’il faut agir pour mettre fin à la violence faite aux femmes.


Lutter contre une épidémie

Le 1er décembre, des membres du SCFP de partout au pays ont porté le ruban rouge et participé à des événements communautaires en appui à la Journée mondiale de lutte contre le SIDA.  Pour voir les photographies et les événements de Toronto, cliquez ici : http://cupe.ca/hiv/world-aids-day-activities-toronto (disponible en anglais seulement)

La semaine autochtone de sensibilisation au SIDA a aussi été lancée le 1er décembre. 
La semaine met en lumière la progression du taux d’infection au VIH-sida au sein des populations autochtones du Canada.

Le SCFP s’est engagé à maintenir son appui à la Fondation Stephen-Lewis et au Fonds pour le sida du Congrès du travail du Canada.  Et, cette année, le SCFP a tenu sa première réunion sur le VIH-sida qui a attiré des militants de tout le syndicat et d’autres groupes de la société civile.

Le SCFP remercie tous les membres qui ont pris part aux événements de la Journée mondiale de lutte contre le SIDA et leur demande instamment de poursuivre leurs efforts de sensibilisation en matière de VIH-sida sur leur lieu de travail, dans leur section locale,
et au sein de leur collectivité.


Les gouvernements doivent agir pour la protection de l’eau

Une politique nationale de l’eau et un engagement clair des trois ordres de gouvernement sont essentiels pour protéger le droit à l’eau des Canadiens, selon une déclaration émise
à l’issue du Sommet Bleu de la semaine dernière, une conférence nationale sur l’eau organisée par le SCFP et le Conseil des Canadiens.

La conférence de 2 jours a attiré plus de 300 participants provenant du Canada et d’ailleurs dans le monde, dont un groupe de 80 militants du SCFP de toutes les provinces canadiennes. 

Le président national du SCFP, Paul Moist a insisté sur l’importance de travailler en coalition et ce, aux échelons communautaire, national et international.  Une partie essentielle de ce travail consiste à renforcer les liens de solidarité avec les Premières Nations afin d’appuyer leur lutte pour l’obtention d’eau potable sécuritaire et de services d’assainissement adéquats.

« Nous n’acceptons pas une société bâtie sur les gains et les profits des entreprises privées, nous voulons un pays et un monde qui se fondent sur les services publics et les valeurs communautaires et nous n’abandonnerons pas tant que nous n’y serons pas arrivés », a déclaré Paul Moist aux participants.

Pour lire l’intégrale de la déclaration : http://scfp.ca/water/blue-summit-declaration


D’autres mandats de grève pour les travailleurs d’hôpitaux

D’autres travailleurs d’hôpitaux de Nouvelle-Écosse ont accordé un mandat de grève fort à leur syndicat.

Le coordonnateur des soins actifs du SCFP, Wayne Thomas, affirme que : « 5 autres groupes de travailleurs de bureau et des services de santé ont accordé un appui massif
à leur Comité de négociation ».

Les 5 groupes sont représentés par la section locale 2525 du SCFP.

À l’extérieur du district de la capitale, 18 groupes de travailleurs d’hôpitaux de partout en province tiennent des votes de grève.  Le mois dernier, le SCFP a annoncé qu’aucun moyen de pression ne serait entrepris avant le 11 janvier 2010 en raison de la pandémie de grippe A (H1N1).


Crise au Journal de Québec

Les relations de travail au Journal de Québec sont présentement au plus mal.  Depuis la fin du lock-out de 16 mois en août 2008, 40 griefs ont été déposés par les syndiqués, dont 32 pour le seul syndicat de la rédaction.  C’est du jamais vu pour ce quotidien fondé en 1967.

En ce moment, il manque neuf personnes dans les fonctions couvertes par le plancher d’emploi à la rédaction.  Aussi, l’employeur viole la disposition stipulant que la couverture de l’actualité de la région de Québec, dans un rayon de 30 kilomètres, revient aux journalistes et photographes du Journal de Québec.

Du côté syndical, on répugne à l’idée de « judiciariser des choses qui ne méritent pas de l’être.  On ne voit pas pourquoi on irait encombrer les tribunaux aux frais, entre autres, des contribuables pour demander à un juge de nous dire que 43, c’est neuf de moins que 52 », selon Denis Bolduc, porte-parole des employés syndiqués du Journal de Québec (SCFP).


Au Québec, le Front commun reçoit une proposition décevante

Les porte-parole du Front commun, représentant la FTQ, la CSN et le SISP, ont réagi le 30 novembre au dépôt des propositions du gouvernement en vue de la négociation des conventions collectives dans les secteurs public et parapublic.

« La proposition du gouvernement est loin d’être à la hauteur des attentes légitimes de nos membres.  Le fait que la proposition gouvernementale prévoie seulement 7 % pour couvrir l’ensemble des coûts de main-d’œuvre ne garantit aucunement des augmentations de salaire pour les travailleuses et travailleurs », a déclaré Louis Roy.

Le Front commun est surpris que le gouvernement du Québec n’ait pas tenu compte de l’étude de l’Institut de la statistique du Québec dévoilée la semaine dernière et qui concluait que les salaires versés dans la fonction publique et dans les réseaux de la santé et de l’éducation sont inférieurs de 8,7 % à ceux versés dans les autres secteurs de l’économie, pour des emplois comparables.

:te/sepb 491