Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.

OTTAWA - Une politique nationale de l’eau et un engagement clair des trois ordres de gouvernement sont essentiels pour protéger le droit à l’eau des Canadiens, selon une déclaration émise aujourd’hui au Sommet bleu, tenu ce week-end. Le Sommet bleu est une conférence nationale sur l’eau organisée par le Conseil des Canadiens et le Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP).

Plusieurs groupes de tout le pays ont signé la déclaration et d’autres signatures devraient s’ajouter au cours des mois qui viennent.

«Nos dirigeants élus gèrent les ressources d’eau en notre nom en tant que fiducie d’intérêt public, a expliqué Maude Barlow, présidente nationale du Conseil des Canadiens. Mais bien que le Canada soit riche en ressources naturelles, il est néanmoins aux prises avec des pénuries d’eau douce. A l›évidence, il faut plus que des discussions - les gouvernements doivent s’engager concrètement à protéger l’eau pour les générations futures.»

L’une des grandes menaces pour la sécurité de l’eau au Canada demeure la privatisation de notre infrastructure de l’eau, alors que les entreprises de traitement à but lucratif, les nouveaux marchés de l’eau en Alberta et l’industrie de l’eau embouteillée s’arrogent une part de plus en plus grande des ressources et services d’eau du Canada.

«L’eau est une ressource publique et non une marchandise économique, a affirmé Paul Moist, président national du SCFP. Les gouvernements ne doivent pas négliger notre droit à l’eau potable et à des services de traitement des égouts de qualité; nos ressources et services d’eau ne doivent pas être sacrifiés sur l’autel des profits privés.»

La déclaration du Sommet affirme que le Canada doit se doter d’une politique nationale «qui reconnaît que l’eau est un droit fondamental et qu’elle est en fiducie d’intérêt public; qui protège les ressources d’eau contre les excès industriels; et qui garantit un financement suffisant pour assurer les services d’eau, la planification et la gestion des bassins versants ainsi que les connaissances scientifiques nécessaires pour protéger la quantité et la qualité de l’eau».

La déclaration invite aussi les gouvernements fédéral, provinciaux et municipaux à prendre les mesures concrètes suivantes :

- Reconnaître le droit à l’eau des communautés autochtones et collaborer avec les Premières Nations pour mettre fin à la crise qui sévit dans les réserves en matière de services d’eau et d’assainissement.

- Assurer la propriété, l’exploitation et la prestation publiques des services d’eau et d’assainissement grâce à un fonds fédéral d’infrastructure de l’eau.

- Etablir des normes pancanadiennes applicables en matière d’eau potable.

- Protéger l’eau contre l’exploitation des marchés mondiaux en l’excluant de l’ALENA et de tout futur accord de commerce international.

- Repérer et protéger les ressources d’eau souterraine en les plaçant en fiducie d’intérêt public.

Lisez toute la déclaration à : www.scfp.ca/eau/declaration-sommet-bleu

-30-

Pour obtenir plus de renseignements, veuillez communiquer avec :


Relations avec les médias du SCFP national
613-818-0067