Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.

Le texte qui suit est une déclaration de Paul Moist et Claude Généreux, respectivement président national et secrétaire-trésorier national du SCFP.

Le Syndicat canadien de la fonction publique a perdu aujourd’hui l’un de ses grands visionnaires. Les membres et le personnel du SCFP, peu importe la génération à laquelle ils appartiennent, pleurent la perte de Gil Levine, ancien directeur du Service national de la recherche et infatigable militant syndical.

Peu de personnes sont aussi dévouées que l’était Gil Levine à la cause des travailleurs du Canada. Ce dévouement a produit une énergie et un leadership qui, au fil des 50 dernières années, ont fait du SCFP une organisation formidable. Gil Levine s’est d’abord joint, dans les années 50, à l’Union nationale des employés publics (UNEP), l’un des deux prédécesseurs du SCFP, et était présent lorsque l’UNEP a fusionné avec l’Union nationale des employés des services publics (UNESP), en 1963, pour devenir le Syndicat canadien de la fonction publique.

Comme premier directeur du Service national de la recherche du syndicat, Gil a fait de cette équipe de recherche syndicale la plus importante au pays – une réalisation qui est toujours l’une des caractéristiques distinctives du SCFP aujourd’hui. Gil a vraiment été le cœur et l’âme de notre syndicat et de son prédécesseur pendant 50 ans. Sa passion et son innovation ont non seulement profité au SCFP, elles ont été une contribution inestimable à l’ensemble du mouvement syndical.

Au nom de plus de 600 000 membres du SCFP d’un bout à l’autre du pays, nous transmettons nos plus sincères condoléances à l’épouse de Gil, Helen, à ses enfants Karen et Tamara et à toute sa famille. Il nous manquera beaucoup.