Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.

Les négociations avec les travailleurs des conseils scolaires de Nouvelle-Écosse sont rompues

La conciliation n’a pas permis d’en venir à une entente avec les 3 700 travailleurs des conseils scolaires de Nouvelle-Écosse.  Le compte à rebours menant à un possible arrêt de travail dans tous les conseils scolaires de la province à l’exception de la région de Halifax est donc lancé.

« L’employeur n’a réagi de façon satisfaisante à aucune des propositions de négociation du SCFP », affirme la coordonnatrice SCFP du secteur des conseils scolaires, Kathy MacLeod. 

Les conditions de travail des travailleurs des conseils scolaires sont régies par une convention collective qui est arrivée à échéance le 31 mars 2007.


Les travailleurs de McMaster en grève pour une entente équitable

La section locale 3906 du SCFP qui représente plus de 3 000 adjoints à l’enseignement et à la recherche à l’Université McMaster est en grève pour l’obtention d’un contrat de travail équitable.

Les travailleurs de l’université se battent pour la conclusion d’une entente tenant compte des principaux enjeux comme la surpopulation des salles de classe, la charge de travail trop lourde, l’érosion des avantages sociaux et une protection contre l’augmentation de frais de scolarité.


Loi de retour au travail pour les paramédics, une première honteuse

Plus de 3 000 ambulanciers paramédicaux de Colombie-Britannique sont présentement visés par une loi de retour au travail qui imposera une entente rétroactive d’une durée d’un an contenant des conditions moindres que l’offre sur laquelle ils se prononcent actuellement.

Les libéraux de Colombie-Britannique ont d’abord affirmé que la loi a été rendue nécessaire par la pandémie de grippe A (H1N1), mais des notes de service rendues publiques par le SCFP-Colombie-Britannique ont démontré que la pression provenait surtout du Comité organisateur des Jeux de Vancouver qui réclamait une conformation définitive de la disponibilité, telle que prévue, de tous les services ambulanciers. 

Les ambulanciers paramédicaux de Colombie-Britannique sont en grève depuis le 1er avril afin d’obtenir une amélioration du temps de réponse, de leur équipement, de leur salaire et des niveaux de personnel.  Ils travaillent malgré le conflit de travail parce qu’ils sont soumis à la loi sur les services essentiels.

Les membres du SCFP et les ambulanciers paramédicaux en grève de la section locale 873 du SCFP ont participé à une manifestation qui a eu lieu en mi-journée vendredi, devant les bureaux du Comité organisateur des jeux de Vancouver. 


Du Canada à l’Afrique du Sud, la richesse des travailleurs vient avec les services publics

Paul Moist a transmis un message de solidarité mondiale à l’occasion du Congrès des travailleurs municipaux de l’Afrique du Sud qui avait lieu cette semaine.

Prenant la parole dans le cadre de l’atelier d’ouverture du congrès qui portait sur la mise au point dune réponse des travailleurs à la crise économique mondiale, Paul Moist a souligné que la déréglementation, la privatisation et le libre-échange ont eu des effets dévastateurs sur les industries locales et ont soumis le secteur public à d’immenses pressions.  Il a aussi fait valoir que la protection de services publics forts est essentielle pour assurer le respect de droits de la personne de base comme l’eau potable, l’hygiène et l’électricité.


Entente de principe dans les bibliothèques de Toronto

Une entente de principe a été conclue entre le Conseil des bibliothèques publiques de Toronto et la section locale 4948 du SCFP, évitant du même coup une grève des 2 400 travailleurs des bibliothèques de Toronto.  La négociation a été entreprise en avril et la date du déclenchement de la grève avait été fixée au 9 novembre.

« Nous sommes ravis d’avoir réussi à négocier une entente répondant aux principaux enjeux, soit des emplois à temps plein et un traitement équitable des travailleurs à temps partiel », a déclaré Maureen O’Reilly, présidente du Comité de négociation.

Les détails de l’entente seront rendus publics après le vote de ratification qui doit avoir lieu la semaine prochaine.


Posez votre candidature aux comités nationaux du SCFP

Le SCFP encourage tous ses membres à poser leur candidature afin de siéger à l’un de ses 15 comités et groupes de travail nationaux.  Ces comités conseillent les dirigeants nationaux dans leur domaine de compétence respectif, des régimes de retraite à la privatisation en passant par les droits des autochtones.

Vous trouverez la liste de ces comités, leur mandat et le formulaire de candidature à l’adresse suivante :  http://scfp.ca/about/committee-applications

Toutes les propositions doivent nous parvenir avant le 15 janvier 2010.


Le SCFP demande une enquête publique sur le monde municipal

Au lendemain des élections municipales du 1er novembre au Québec, souvent marquées par les scandales et les soupçons de corruption, le SCFP, qui représente la vaste majorité des employés municipaux au Québec, exige du gouvernement Charest un virage radical afin d’assainir les règles entourant les affaires municipales. 

Pour le SCFP, ce virage doit notamment inclure la tenue d’une enquête publique ainsi que des modifications aux règles entourant le financement des partis politiques municipaux.

« Il est indispensable de redonner à la fonction publique et parapublique municipale le rôle qui lui revient.  Il est clair pour nous que les changements législatifs dans tout ce qui touche l’attribution de contrats par les municipalités ne suffisent pas, selon Michel Poirier, directeur québécois du SCFP.  Il faut être en mesure de justifier les contrats donnés à l’externe et instaurer les pare-feux nécessaires pour briser toute tentative d’implantation d’un système de copinage et de patronage.  »


Hydro-Québec coupe dans le service à la clientèle

À moins d’un improbable retournement de situation, Hydro-Québec doit abolir, à compter du 6 novembre, près de 250 postes au service à la clientèle et au service de recouvrement. 

« La qualité du service va se détériorer, les dossiers en retard vont s’accumuler et les gens attendront encore plus longtemps au téléphone.  C’est une décision incompréhensible et inacceptable de la part d’Hydro-Québec », tonne Claude Arseneault, président du Syndicat des employés-es de techniques professionnelles et de bureau (SCFP 2000).

Le syndicat a dénoncé cette décision le 4 novembre dans les pages de La Presse, du Soleil et du Métro, et des messages radio seront bientôt diffusés dans toutes les régions du Québec.

Les licenciements vont toucher surtout des jeunes femmes et survenir partout au Québec, dont la Côte-Nord, le Bas-Saint-Laurent et le Saguenay.  Tout cela dans un contexte économique difficile pour plusieurs communautés, alors qu’Hydro-Québec engrange des profits considérables.


:te/sepb 491