Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.

Montréal, le jeudi 29 octobre 2009 – Hier soir en assemblée générale extraordinaire, 74 % des cols blancs de la ville de Pointe-Claire, se sont prononcés en faveur du déclenchement, au moment jugé opportun, de moyens d’action pouvant aller jusqu’à la grève.

Ces syndiqués, membres du Syndicat des fonctionnaires municipaux de Montréal (SCFP-FTQ), sont sans contrat de travail depuis le 30 juin 2006.

Amorcées en octobre 2007 et malgré près d’une vingtaine de séances de travail, les discussions achoppent sur des points majeurs comme la bonification de la caisse de retraite, les primes et la parité entre les syndiqués permanents et ceux à statut précaire.

«Nos demandes sont tout à fait raisonnables. Si nous avons réussi à les obtenir ailleurs sur l’Île de Montréal, je ne vois pas pourquoi cela ne serait pas possible à Pointe-Claire», a affirmé Monique Côté, présidente du syndicat. «Il est hors de question de cautionner un règlement qui ne soit pas à la hauteur de ceux obtenus dans d’autres municipalités montréalaises», a-t-elle conclu.

Tous les moyens sont envisagés pour dénoncer la position patronale. Certains seront mis en branle dans les prochains jours.

Le SFMM (SCFP-FTQ) représente plus de 10 000 fonctionnaires cols blancs oeuvrant au sein de la fonction publique et parapublique montréalaise. Ces membres travaillent tant à la Ville de Montréal, dans les 12 villes reconstituées sur le territoire montréalais qu’au sein des sociétés paramunicipales comme la Société du Parc Jean-Drapeau, la Société d’habitation et de développement de Montréal (SHDM), l’Office municipal d’habitation de Montréal (OMHM), la Corporation Anjou 80, Stationnement de Montréal ainsi que pour la firme privée Le Parc Six Flags Montréal (la Ronde).

Ce communiqué et d’autres infos sur le site scfp.qc.ca et du sfmm429.qc.ca

SOURCE : SYNDICAT DES FONCTIONNAIRES MUNICIPAUX DE MONTRÉAL (SFMM)