Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.

Defenders of the Land (Défenseurs de la Terre) est un groupe de peuples autochtones du Canada qui défendent la terre et l’eau, les modes de vie et les droits des Autochtones. Ils croient que les peuples autochtones sont des nations souveraines et qu’ils devraient donc avoir droit à l’autodétermination.

Les Defenders of Land visent l’application complète de la Déclaration des Nations Unies sur les peuples autochtones, une mise en œuvre qui inclut le respect par le Canada de toutes ses obligations en vertu des traités internationaux et historiques signés avec les peuples autochtones. Le Canada doit modifier ses politiques sur l’autodétermination, les revendications territoriales, les traités historiques, le droit à l’autodétermination et le droit d’exercer un consentement libre, préalable et éclairé. Le gouvernement doit appuyer sans réserve le droit des peuples autochtones à vivre selon leurs cultures et à parler leurs langues, et s’engager à corriger les torts commis dans le passé.

Les Defenders of the Land ont demandé un appui à une semaine pancanadienne d’activités éducatives sur les droits et les luttes des peuples autochtones, ce qui a donné lieu à la formation du Comité sur la souveraineté autochtone, un groupe de peuples autochtones et de leurs alliés, dont le SCFP, qui organise des activités partout au pays pendant la semaine du 24 au 31 octobre 2009. Le but de cette semaine est de tisser des liens locaux entre groupes et individus et de contribuer à l’édification d’un mouvement pancanadien de défense des droits des autochtones, de l’autodétermination et de la justice, dirigé par des communautés autochtones, mais avec une large base de soutien informé.

Il est évident que les membres des communautés autochtones sont aux prises avec plusieurs conditions sociales et économiques négatives, dont les taux de chômage élevés, le manque de logement adéquat, l’accès insuffisant aux soins de santé, le peu d’appui pour les jeunes et les femmes autochtones et l’insuffisance de la formation et de l’éducation. Le SCFP croit que les dirigeants de tous les partis politiques doivent de toute urgence aborder ces questions et exiger des gouvernements, tant fédéral que provinciaux, qu’ils reprennent les discussions sur les revendications territoriales et l’autodétermination.

L’énoncé de politique sur les questions autochtones et le document d’orientation stratégique du congrès du SCFP de 2007 précisent l’engagement du SCFP envers les communautés autochtones dans des dossiers comme le droit à leurs terres et à leurs propres structures gouvernementales. Le SCFP s’est aussi engagé à favoriser la compréhension mutuelle et la collaboration entre les Premiers peuples et le syndicat. Le SCFP croit qu’il faut sensibiliser les membres aux aspirations des peuples autochtones et il s’efforcera de combattre la discrimination et le chômage, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur du SCFP.

Le SCFP promet d’appuyer et de continuer à travailler en solidarité avec les consœurs et confrères autochtones et leurs communautés dans le but de soulever et d’aborder ces importantes questions dans le cadre de la lutte constante en faveur de la pleine égalité et de la justice pour tous. Nous invitons les membres du SCFP à participer aux activités de la Semaine de la souveraineté autochtone.

Veuillez recevoir nos salutations solidaires.

Le président national, PAUL MOIST

Le secrétaire-trésorier national, CLAUDE GÉNÉREUX