Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.

Moist et Généreux remercient les délégués pour un congrès mémorable

Les dirigeants nationaux du SCFP ont fait parvenir une note cette semaine afin de remercier les 2 500 délégués et membres du personnel pour avoir fait du 24e Congrès national du SCFP un événement mémorable.  Ils ont notamment souligné que :

• Près de 40 % des plus de 2 000 délégués en étaient à leur premier congrès national.
• Les délégués ont adopté près de 100 résolutions, un record au SCFP.
• Les délégués ont consacré 5 heures à discuter, débattre et approuver le Plan d’orientation stratégique du syndicat.

Pour voir les faits saillants de ce congrès, rendez-vous sur :

http://scfp.ca/npo/national-officers-thank-delegates


La Cour suprême maintient le droit de manifester

La semaine dernière, la Cour suprême du Canada a refusé d’entendre un appel de citoyens qui demandent à être compensés pour les inconvénients subis lors d’une manifestation des cols bleus de la ville de Montréal en septembre 2003.
 
Initialement, la Cour supérieure avait ordonné aux cols bleus de verser à 435 personnes entre 25 $et 35 $, mais par la suite, la Cour d’appel a jugé que le droit de se déplacer en automobile sans avoir à subir de retards indus ne relevait pas de la Charte des droits.

Le président du Syndicat des cols bleus de la ville de Montréal (section locale 301 du SCFP), Michel Parent, s’est dit satisfait de la décision.  « Cette décision de la cour consacre notre droit de manifester », a-t-il déclaré.


Un rapport note une croissance inquiétante de la taille de l’administration de la ville

Regina a connu une croissance significative au cours des 8 dernières années, mais un récent rapport rendu public aujourd’hui montre que la croissance a été particulièrement importante dans un secteur, celui des postes de direction à l’Hôtel de ville.

Le rapport de recherche du SCFP, Top Heavy: How many managers does it take to run a city?, (Trop de hiérarchie, Combien de dirigeants faut-il pour gérer une ville ?), démontre que le nombre de postes de direction à l’Hôtel de ville a presque doublé au cours des 7 dernières années, passant de 60 postes en 2001 à 112 en 2008, une augmentation de 86.7 %.

Cette nouvelle structure de direction très lourde au sommet coûte très cher aux contribuables et ce, sans aucune amélioration des services municipaux, affirme le rapport.

Le rapport est publié (en anglais seulement) sur :

http://cupe.ca/municipalities/report-disturbing-growth-city


Les travailleurs des bibliothèques publiques de Toronto accordent un mandat de grève au SCFP

La section locale 4948 à la bibliothèque publique de Toronto a donné à ses négociateurs un mandat de grève qui a été appuyé par 86 % de ses membres.

« Nous voulons conserver le genre de service de bibliothèque axé sur la communauté auquel nos abonnés sont en droit de s’attendre, tout en s’assurant que tous les travailleurs en bibliothèque ont un bon emploi », a déclaré Maureen O’Reilly, porte-parole de la section locale 4948 du SCFP.

Près de 50 % des travailleurs de la bibliothèque travaillent à temps partiel et n’ont que peu d’avantages sociaux.  En moyenne, il faut à ces travailleurs de 5 à 6 ans pour décrocher un emploi à temps plein à la bibliothèque publique de Toronto.

Le syndicat peut encore compter sur 3 sessions de conciliation.

Rendez-vous sur :  http://www.peoplemakelibrarieswork.ca/  (En anglais seulement).


Le gouvernement de Colombie-Britannique veut accorder aux foyers pour personnes âgées le droit de se retirer de la convention collective provinciale

Le gouvernement de Colombie-Britannique se prépare à laisser les foyers de soins financés par le public, mais gérés de façon indépendante, se retirer de la convention collective qui a été négociée à l’échelle provinciale et qui a établi des normes communes en matière de salaires et de conditions de travail pour les travailleurs de ce secteur, ils sont près de 40 000.

Le Syndicat des employés d’hôpitaux affirme que les gestionnaires de foyers de soins privés qui ont fait pression pour obtenir ce droit d’abstention veulent maximiser leurs profits en coupant dans les salaires et les avantages sociaux et en minant les conditions de travail.

:te/sepb 491