Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.

Un autre projet en partenariat public-privé (PPP) risque fort d›être rayé de la carte, cette fois-ci sur la Rive-Sud.

Hier, la population de Beloeil était invitée à se rendre à l’Hôtel de Ville afin de signer une registre demandant la tenue d’un référendum sur un controversé projet de centre multifonctionnel en mode PPP. La mobilisation des citoyens a été massive et pas moins de 1080 personnes se sont déplacées pour réclamer cette consultation, soit plus du double de ce qui était nécessaire pour forcer la tenue d’un vote.

Rappelons que l’ouverture de ce registre a été imposée par le ministère des Affaires municipales suite à d’intenses pressions populaires. Mécontent de la tournure des événements, le maire Réal Jeannotte a déjà indiqué la semaine dernière qu’il annulerait le contrat avec la firme privée plutôt que de tenir un référendum.

Dans ce dossier, le syndicat des employés municipaux (SCFP 4750) avait mis la main sur un courriel de la directrice générale de Beloeil indiquant que l’administration avait opté pour un projet en PPP afin d›éviter d’avoir à consulter la population sur un emprunt public. Un stratagème qui a tourné court.

La semaine dernière, le SCFP a envoyé dans tous les domiciles de Beloeil une lettre de la présidente du SCFP-Québec, Lucie Levasseur, les invitant à signer le registre. Cette lettre était accompagné d’un dépliant produit pour le secteur municipal du SCFP démontrant sans équivoque les pièges des PPP.